Raymond Kopa est décédé aujourd'hui à l'âge de 85 ans. Premier Français à remporter le Ballon d'or, on se souviendra aussi de lui pour les produits dérivés portant son nom.

Il était l'un des monuments du foot français. Raymond Kopa, Kopaszewski de son vrai nom, est décédé ce matin à Angers à l'âge de 85 ans. Ce fils d'immigrés polonais a toujours eu un temps d'avance sur ses contemporains. En 1958, il devient le premier joueur français à remporter le prestigieux Ballon d'Or. Mais ce n'est pas la seule chose initiée par celui que l'on surnommait le "Napoléon du football." D'une certaine manière, Kopa est l'un des pionniers de ce que l'on appelle aujourd'hui le foot business

VOIR AUSSI : Des supporters du Werder Brême ont déployé une banderole "Justice pour Théo"

Au début des années 50, lorsqu'il évolue au stade de Reims, Kopa est déjà reconnu pour son élégance et son talent. Et l'attaquant en est bien conscient. Lui vient alors l'idée d'utiliser son image en l'associant à de nombreuses marques : chaussures, ligne de vêtements, articles de loisirs... tous les produits dérivés y passent. Le nom de Kopa s'étale un peu partout, mais surtout sur des jus de fruits et des sodas. 

raymond_kopa_marketing.jpg
Capture d'écran Youtube/Oenotourisme Anjou et Saumur

"Qui boit du Kopa, ne l'oublie pas"

Vers 1956, Louis Robin, vigneron à Rablay-sur-Layon, décide de contacter Raymond Kopa pour vendre des boissons sous son nom, selon le musée des boissons de Sainte-Gemmes-sur-Loire. De ce partenariat vont naître "Limonade Kopa", "Soda Kopa" et "Kopa Tonic". "Il faut être connu pour attirer l'attention des acheteurs. Mon nom sonnait bien en plus", expliquait Raymond Kopa dans les colonnes de So Foot. 

kopa_01.jpg
D.R

Les boissons Kopa finissent par s'exporter à l'étranger. En 1958 lors du mondial en Suède, l'équipe de France de football consomme les jus de fruits de celui qui évolue encore à la pointe de son attaque. La marque se retrouve même sur un stand des 24 heures du Mans l'année suivante. La consécration est totale, mais Raymond Kopa n'est pas seulement attiré par l'argent. L'homme a d'autres buts dans la vie, d'autres combats à mener.

Outre son action entrepreneuriale, Kopa s'investit sur le plan syndical. En 1963, il déclare à l'hebdomadaire France Dimanche que "les footballeurs sont des esclaves." Car à l'époque les joueurs étaient liés jusqu'à leurs 35 ans au club où ils évoluent. Kopa se joint donc à l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), dont le président est Just Fontaine, pour mettre un terme à cette situation. Il faut attendre 1969 pour que l'UNFP obtienne gain de cause. Une autre victoire à mettre au crédit de Raymond Kopa. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.