La capitale du Japon qui accueillera les Jeux olympiques de 2020 veut construire des toilettes à genre neutre, spécialement pour l'évènement sportif.

Les autorités de la ville de Tokyo souhaitent faire construire des toilettes tous genres au sein des nouvelles infrastructures qui accueilleront les Jeux olympiques de 2020. Objectif : installer au moins une cabine de toilettes à genre neutre dans sept des onze installations spécialement aménagées pour l'évènement sportif, rapporte le site d'informations Asahi Shimbun. Les installations les plus grandes seront quant à elles, dotées, de plusieurs toilettes transgenres.

VOIR AUSSI : Vogue France fait poser une mannequin transgenre en une du numéro de mars 2017

Au Japon, il existe déjà les daredemo toire, ces toilettes unisexes et accessibles aux personnes handicapées.

Les nouvelles toilettes, elles, ne seront pas spécialement conçues pour être accessibles aux personnes en fauteuils roulants, mais les cabines individuelles seront plus grandes, de façon à pouvoir accueilir deux personnes, et donc, permettre aux individus à mobilité réduite d'être accompagnés. Les autorités espèrent ainsi résoudre le problème de surcharge des toilettes accessibles et unisexes, toujours bondées dans la capitale.

Un pays "transgenre-friendly"

La plan de construction a été applaudi par des personnalités du milieu LGBT, à l'instar de Maki Muraki, directeur de l'association Nijiiro Diversity. "En plus d'augmenter le nombre de toilettes publiques, sensibiliser les gens au fait que les personnes qui ne ressemblent pas au portrait type que nous nous faisons de l'homme et de la femme, puissent emprunter les toilettes qui leur correspondent, est très important", a déclaré la militante.

Le Japon est réputé pour être l'un des pays les plus accessibles aux transgenres. En 2015, le ministère de l'Éducation avait ainsi recommandé aux établissements scolaires d'autoriser les élèves transgenres à porter l'uniforme de leur choix, ou encore de permettre à chacun d'utiliser les toilettes qu'il souhaite, en fonction du genre auquel il s'identifie.

Malgré ces efforts, les discriminations demurent encore répandues. Selon un sondage mené par l'association Ninjiiro Diversity, plus d'un Japonais transgenre sur cinq affirme s'être vu prier de changer de toilettes. 50 % des transgenres du pays rapportent également recevoir des "regards suspicieux" de la part d'autres usagers.

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.