Depuis lundi, la Croix-Rouge française remet aux migrants qui viennent en consultation médicale un carnet de santé pour améliorer leur suivi et leur accès aux soins. Ce petit carnet rouge, format poche, sera traduit en arabe et en français.

"C’est une vraie action de santé publique", a déclaré Jacques Touzard, délégué national sanitaire de la Croix-Rouge française, à France 24. Depuis lundi 23 janvier, la célèbre ONG remet des carnets de santé aux migrants, lors des consultations infirmières réalisées par les équipes mobiles dans les centres d’accueil et d’hébergement d’Île-de-France. Une première.

VOIR AUSSI : Sam-Sam, le guide pratique pour les migrants

"Jusqu’à présent, […] on leur donnait une feuille qui souvent se perdait. Ce carnet est un document de santé publique, qui permettra d’offrir aux migrants une prise en charge médicale plus simple et plus efficace", a expliqué le délégué national sanitaire, à l’origine du projet.

Format poche

Le carnet rouge a aussi été pensé de manière très pratique pour une population migrante, souvent nomade. "Nous avons créé ce carnet de la taille d’un passeport. L’idée était qu'il ne soit pas encombrant, qu’il tienne dans la poche des migrants", explique Jacques Touzard.

Lors des consultations, la Croix-Rouge a surtout remarqué que le personnel médical perdait un temps précieux à reconstituer les antécédents familiaux, médicaux, chirurgicaux du patient. "À chaque fois qu’un migrant se présentait à un nouveau médecin, il fallait repartir de zéro", ajoute encore le délégué de la Croix-Rouge. Sans compter les dysfonctionnements : "Imaginez qu’un patient se présente avec une suspicion de gale. S’il n’y a pas de deuxième visite médicale programmée, ce patient peut contaminer l’ensemble des autres migrants avec qui il vit."

20 000 carnets en totalité

La détection n'est donc pas vraiment le problème, c'est plutôt le suivi qui est difficile. "Grâce à ce document, strictement personnel et confidentiel, les professionnels de santé disposeront ainsi de toutes les informations nécessaires pour garantir une prise en charge de qualité", explique l’ONG dans un communiqué.

Les carnets de santé, traduits en arabe et en anglais, seront distribués à quelque 2 000 migrants répartis dans les 46 centres d’hébergement installés en Île-de-France — sauf Paris — dont dix sont gérés par la Croix-Rouge française. "À plus long terme, l’initiative devrait être étendue à l’ensemble du territoire français et en Outre-mer, notamment à Mayotte et en Guyane", indique l’association.

Jacque Touzard espère qu'au total, 20 000 carnets pourront être distribués et que son initiative soit copiée par ses confrères européens, en Italie, en Grèce, en Allemagne, "partout où les migrants transitent", précise-t-il. "Pour qu'enfin le suivi médical soit cohérent et efficace."

Avec AFP. Article de Charlotte Boitiaux initalement publié sur le site de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.