Les vélos en libre-service sont en plein essor dans les villes chinoises, notamment à Shenzhen. Mais les citoyens semblent avoir mal compris le principe, et jettent ou abîment les vélos avant de les abandonner n'importe où.

Il n'y a pourtant pas marqué "Jeter immédiatement après utilisation" dessus...

En Chine, tous les fournisseurs de vélos en libre-service fonctionnent sur le même principe : les cyclistes n'ont pas à reposer le vélo dans une station dédiée – comme c'est le cas avec nos Vélib, VCub, Vélo'v et consorts – car aucun système de verrouillage n'est nécessaire pour les deux-roues.

VOIR AUSSI : Une Américaine a inventé un casque de vélo en papier, pliable et recyclable

Chaque vélo étant géolocalisé, il suffit d'en trouver un grâce à son application, s'en servir puis le reposer où l'on souhaite lorsqu'on n'en a plus besoin. Mais ce système présente un inconvénient que les entreprises n'avaient pas anticipé : le prix forfaitaire n'encourage pas les usagers à prendre soin de leurs vélos. Après utilisation, certains n'hésitent pas à les laisser en mauvais état.

Cette organisation chaotique est d'autant plus visuelle que les vélos sont trop nombreux dans les rues, comme le montrent ces photos prises à Shenzhen.

En effet, depuis quelques mois, plusieurs start-up de vélos en libre-service se livrent une guerre sans merci pour attirer la clientèle cycliste de la ville. Pour s'imposer à la vue de tous, elles ont inondé les rues de leurs vélos colorés. C'est comme ça que les vélos finissent en tas au coin des rues.

velos_chine_1.jpg
SILENT HILL/IMAGINECHINA
velos_chine_2.jpg
IMAGE: SILENT HILL/IMAGINECHINA
velos_chine_3.jpg
IMAGE: SILENT HILL/IMAGINECHINA

Florian Bohnert, responsable de l'expansion à l'international chez une de ces entreprises, Mobike, a expliqué à Mashable que la pile de vélos que l'on voit ci-dessus a été faite par le personnel d'une résidence de la ville, qui tentait de dégager les allées et sorties d'un parc. Ces agents n'ont fait que regrouper ensemble des tas de vélos que les usagers avaient déjà formé.

VOIR AUSSI : Wair, le premier "foulard anti-pollution"

Les autorités ne savent plus quoi faire de tous ces vélos. Les règles sont encore moins claires en dehors de Shenzhen. À Nankin, mardi 17 janvier, la police a débarrassé les vélos qui encombraient les trottoirs. Les autorités entassaient les vélos dans un coin ou les confisquaient carrément.

velos_chine_4.jpg
Weibo
velos_chine_5.jpg
Weibo
velos_chine_6.jpg
weibo

Au-delà de la simple nuisance publique que cette profusion de vélos cause, le vol et le vandalisme posent aussi problème.

Des vélos volés ou endommagés

Des vendeurs ont entamé un vrai business de vélos volés sur les sites d'occasion grâce à ces deux-roues en libre-service, et de nombreux sites de e-commerce comme Taobao ont dû interdire ces ventes.

Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ont partagé des photos de vélos abandonnés dans les rivières ou même en haut des arbres.

velos_chine_7.jpg
Weibo
velos_chine_8.jpg
Weibo

Chaque vélo en libre-service, qu'il s'agisse d'un Mobike, ofo ou Bluegogo, ont des capteurs GPS afin de suivre leur position. Florian Bohnert souligne que Mobike traque son inventaire de vélos, notamment ceux qui sont abandonnés ou jetés dans la rivière, mais n'a pas fourni de chiffre sur le nombre de Mobike détruits.

Il ajoute que son entreprise essaie de motiver ses clients à prendre soin des vélos, en offrant notamment des crédits aux utilisateurs qui récupèrent et "sauvent" des vélos abandonnés.

velos_chine_9.jpg
Un cycliste sur un Mobike.
WEI YAO/IMAGINECHINA

En dehors de Chine aussi, les autorités de grandes villes sont fatiguées des gens qui abîment leurs véhicules en libre-service.

Les législateurs de San Francisco ne sont pas ravis de l'arrivée prochaine de Bluegogo dans la ville, selon une information du San Francisco Examiner. L'entreprise a l'intention de lâcher, comme à Shenzhen, des dizaines de milliers de vélos dans les rues de la ville, sans autorisation particulière.

Si ces vélos venaient à apparaître et encombrer les rues de la ville, les autorités se sont dits prêtes à agir en justice contre l'entreprise.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Bonus : Voilà le vélo le plus rapide du monde, qui rendra enfin votre pédalage efficace