L'équipe japonaise Hakuto, participante au concours Lunar XPrize de Google, a annoncé avoir trouvé un moyen d'envoyer son véhicule lunaire dans l'espace. Départ prévu en 2017.

La Lune est en train de redevenir un endroit cool. 48 ans après l’atterrissage réussi de l’équipage américain d’Apollo 11 sur le sol lunaire, plusieurs entreprises privées tenteront elles aussi de se rendre sur le satellite de la Terre en 2017.

VOIR AUSSI : Dans 100 ans, on pourra dormir dans des hôtels dans l’espace et faire le tour de la Lune d’après Richard Branson

Toutes participent au concours ambiance "Pékin Express" organisé par Google, le Lunar XPrize. À la clé, 20 millions de dollars (environ 19 millions d'euros), qui seront attribués à la première équipe qui réussira un alunissage, parcourra au moins 500 mètres avec son module, et réussira à envoyer des photos et des vidéos en haute définition de la Lune vers la Terre.

Le deuxième, lui, repartira avec cinq millions de dollars (environ 4,8 millions d'euros) et la possibilité de remporter un bonus s’il "se rend sur les traces de la mission Apollo 11" ou "trouve de l’eau glacée sur la Lune". Ah bah oui, un jeu d'enfant. 

Tous les participants devront prouver que leur projet a été financé à au moins 90% par des entreprises privées. Le but ? Stimuler le secteur privé à se lancer dans la conquête spatiale et proposer des solutions rapides et économiques. 

Les Japonais qualifiés de justesse

Parmi les concurrents en lice, l’équipe japonaise Hakuto, rattachée à la startup ispace, qui a annoncé mardi avoir trouvé une fusée capable d’envoyer son véhicule sur la Lune. Son partenaire a été approuvé par Google, qui doit valider chacun des moyens de lancement des équipes avant le grand départ, prévu pour Hakuto en décembre 2017.

Les Japonais s’allieront donc avec les Indiens de la Team Indus, qui ont déjà passé un contrat avec une organisation spatiale indienne pour envoyer leur rover sur la Lune.

"Le Lunar XPrize de Google nous a toujours poussé dans nos limites", a expliqué Takeshi Hakamada, le leader de l’équipe Hakuto, dans un communiqué de presse. "Nous continuerons à nous surpasser l’année prochaine et choisirons un chemin optimal pour rejoindre la Lune."

Les Japonais rejoignent les Israéliens de Spaceil, les Américains de Moon Express et l’équipe internationale de Synergy Moon sur le banc de ceux qui ont vu leur projet de lancement approuvé par Google.

Les autres candidats ont jusqu’au 31 décembre 2016 pour trouver un moyen de lancer de leur véhicule lunaire dans l’espace. Autrement, ils devront laisser leur véhicule lunaire sur Terre. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.