En soutien aux victimes du conflit qui fait rage à Alep, la mairie de Paris a annoncé que le mercredi 14 décembre, la tour Eiffel s'éteindrait à partir de 20h pour toute une nuit. Des dons aux associations sont aussi prévus.

La grande dame de fer se plonge dans le noir. C'est ce qu'a décidé Anne Hidalgo pour montrer le soutien de la ville de Paris aux victimes du conflit syrien, notamment la population civile d'Alep.

VOIR AUSSI : Pourquoi la guerre en Syrie ne prend pas fin à Alep

La mairie l'a annoncé par un communiqué le jour-même. En réaction à cette "situation insupportable", la tour Eiffel a été éteinte à 20h pour toute une nuit en soutien aux victimes du conflit armé qui secoue actuellement Alep.

La mairie dénonce les "bombardements incessants qui font de nombreuses victimes parmi les combattants rebelles mais aussi parmi la population civile, qui compte beaucoup de femmes et d’enfants". Elle espère que cette "mesure symbolique" sur un monument mondialement connu aidera à alerter sur l'urgence de la situation à Alep depuis quelques jours.

D'autres mesures de soutien

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont critiqué la décision de la mairie de Paris, sous-entendant que d'autres actions, bien plus utiles, auraient pu être menées pour aider la population civile syrienne.

Pourtant, la ville de Paris ne s'est pas cantonnée à cette mesure symbolique. Une enveloppe de 100 000 € a été donnée aux associations travaillant sur le terrain en Syrie. Elle s'ajoute à 1,2 million d'euros accordés par la France à la coalition de l'opposition syrienne en novembre 2012.

De plus, un convoi humanitaire partira jeudi 15 décembre 2016 du parvis de l'Hôtel de Ville vers la Syrie, comprenant deux camions remplis de matériel médical.

VOIR AUSSI : À Alep, des activistes et des civils postent des messages d'adieu sur Twitter

Les forces armées du gouvernement de Bachar Al-Assad sont actuellement à l'assaut de la zone est d'Alep, où des rebelles se cachent et se trouvent assiégés depuis plusieurs semaines. Les bombardements et les attaques de ces forces font énormément de victimes parmi la population civile, elle aussi piégée dans cette zone. Le militant Mohammad al-Khatib, qui tweete et informe depuis Alep sur les réseaux sociaux, a confié à l'AFP : "Le bombardement est continu, personne n'arrive à bouger. C'est une situation indescriptible."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.