Si un astéroïde fonce tout droit sur Terre pour détruire le monde, certaines personnes le sauront sûrement en recevant un texto, selon un plan très officiel de la NASA.

- Portable : "Vous avez un nouveau message."
- Message : "Salut Timothée, un astéroïde se dirige dangereusement vers la Terre et va probablement exterminer l’humanité."

VOIR AUSSI : Que peut faire l'humanité contre un astéroïde mortel ?

Voilà un texto bien étrange que recevront peut-être un jour une poignée de scientifiques de la NASA en charge de la gestion des situations de crise de type "astéroïde fonçant droit sur nous". 

Il y a une petite mais bien réelle probabilité – on estime qu’un astéroïde de plus de 1 500 mètres frappe la Terre tous les millions d’années – qu’un jour, un astéroïde de la taille d’une ville ou même bien plus gros entre en collision avec notre planète. Un désastre qui pourrait aller de la tragédie locale au scénario catastrophe mondial.

Heureusement, la NASA a UN PLAN.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f2944552ffema-1.jpg
La NASA et le FEMA pendant un groupe de parole.
THE AEROSPACE CORPORATION

Du télescope au texto

En partenariat avec l’Agence fédérale des situations d’urgence américaine (FEMA), l’agence spatiale américaine a mis sur pied un plan d’action en cas d'impact d'astéroïde imminent.

"C’est très important de s’exercer à affronter ces scénarios catastrophes peu probables mais aux conséquences dramatiques", a expliqué l’administrateur de la FEMA Craig Fugate. "En travaillant sur nos plans d’urgence dès maintenant, nous serons mieux préparer à apporter des réponses à un évènement de ce genre." Alors, c’est quoi le plan ?

Quand un télescope identifie un objet à proximité de la Terre, il entre en contact avec le Minor Planet Center – un organisme chargé d’observer les objets présents dans le système solaire – dans un forum public. Si un nouvel objet a l’air de se diriger vers la Terre dans un délai de moins de six jours, le Minor Planet Center envoie automatiquement un texto ou un email à un groupe choisi de personnes au cœur de la NASA.    

Voilà ce qui se passe quand la NASA est avertie "de toute possibilité qu’une nouvelle découverte se trouve sur une trajectoire d’impact", a expliqué l’officier de la NASA Lindley Johnson à Mashable. À partir de là, la course à l’information commence.

Même les astronomes amateurs, connectés au forum public du Minor Planet Center, peuvent utiliser leurs propres outils pour collecter des données sur l’objet en question, notamment sur sa taille et son orbite. Généralement, "dès que nous recevons des informations supplémentaires, la probabilité d’un impact ou d’une entrée près de la Terre disparaît", explique Gareth Williams, directeur associé du Minor Planet Center.

Twitter et Reddit nous le dirons bien assez vite

Rassurons-nous : en réalité, la Terre n’est pas si large que ça. Et, alors qu’il y a une tripotée d’astéroïdes là-haut, c’est assez rare qu’un objet suffisamment volumineux entre dans notre atmosphère. Si un astéroïde avait l’air de s’approcher un peu trop près, la NASA préviendrait de suite la Maison Blanche avant d’informer le public dans un communiqué de presse.

Avant d’en arriver là, la NASA et le Minor Planet Center doivent tomber d’accord sur la possibilité qu’un astéroïde entre en collision avec la Terre, précise Gareth Williams. À cause de ce principe de précaution, on entendra sûrement parler d’un astéroïde fou se dirigeant vers la Terre bien avant un communiqué officiel de la NASA : "Puisque le travail de recherche est complètement public, les observations et les orbites sont disponibles sur Internet si vous savez où regarder", explique Lindley Johnson. "Les internautes auront sûrement pris les choses en main bien longtemps avant qu’on ait le temps de publier une note officielle."

Les cartes des orbites, des trajectoires et des coordonnées étant disponibles partout pour tous les scientifiques du monde, il est fort probable qu’ils ne commencent à discuter du problème sur Twitter ou Reddit bien en amont de la catastrophe.

Et au pire, on enverra Bruce Willis tout casser

Le dernier volet du plan prend aussi compte du futur. Pour chaque objet identifié, la NASA calcule sa trajectoire pour les 100 prochaines années, de manière à anticiper les mauvaises surprises.

VOIR AUSSI : Au Texas, un fonds d'investissement est en train de construire un village anti-apocalypse

Les scientifiques ont ainsi calculé les orbites de près de 90 % des objets de plus d’un kilomètre de long en direction de la Terre, et espèrent faire de même pour ceux de 140 mètres ou plus. L’objectif : avoir le plus de temps possible pour protéger la Terre en cas d’impact. Et la NASA s’est aussi penchée sur la manière dont détourner un astéroïde dangereux de sa trajectoire.

Des tirs de lasers à l’explosion ambiance Armageddon, les ingénieurs ont pensé à tout. Et même si rien n’a été testé grandeur nature dans l’espace, théoriquement, les scientifiques de la NASA ont de quoi protéger la Terre d’astéroïdes ou de comète fous.

La NASA collabore également avec l’Agence spatiale européenne sur un programme de mission spatiale appelé AIDA, et destiné à tester l’utilisation d’un engin impacteur pour dévier la trajectoire d’un astéroïde. Si ça marche, AIDA pourrait bien tous nous sauver. En attendant, gardons un œil sur le ciel et espérons très fort qu’un astéroïde n’y tombe pas (ou alors juste la Trump Tower), on ne sait jamais.

– Retrouvez l'article de Miriam Kramer sur Mashable. Adapté par Chloé Rochereuil

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.