La perruche à ventre orange est menacée d'extinctions depuis des années. En désespoir de cause, des scientifiques australiens organisent un crowdfunding pour sauver l'espèce.

Les perruches à ventre orange sont au bord du gouffre.

Chaque année, ces petits oiseaux migrent vers la côte sud de l'Australie à la recherche de chaleur avant de revenir se nicher à Melaleuca, dans la région de la Tasmanie, dans le sud-ouest de l'Australie. C'est là qu'un décompte annuel de l'espèce a lieu. En 2016, seuls trois femelles et onze mâles ont survécu à la migration. Avec seulement trois couples reproducteurs, l'espèce est plus que jamais à deux doigts de l'extinction.

VOIR AUSSI : Nés aux États-Unis, ces deux pandas ont du mal avec la nourriture chinoise

Devant l'urgence de la situation, des chercheurs du Difficult Birds Research Group de l'université nationale australienne ont décidé de passer à l'action et de lancer une campagne de crowdfunding pour sauver ces oiseaux.

"C'est toujours un peu la loterie… Il n'y avait aucun moyen de prévoir qui va survivre. C'est pour cela que l'on se retrouve dans une telle urgence aujourd'hui", explique l'un des biologiste du groupe, Dejan Stojanovic, à Mashable. "On a réalisé qu'avec seulement trois couples reproducteurs, si on n'intervient pas maintenant, il y aurait une (vraie) possibilité pour qu'aucun ne survive l'an prochain."

perruche.jpg
DIFFICULT BIRDS RESEARCH GROUP

La période de nidification des perruches à ventre orange est très courte. Ils arrivent à Melaleuca quand les températures s'adoucissent et redécollent quelques semaines après.

C'est pour cela que Dejan Stojanovic et son équipe doivent agir rapidement. La semaine passée, les oiseaux ont commencé à choisir le lieu où ils installeront leur nid. Les premiers œufs sont attendus d'ici la fin novembre. Devant l'urgence, les scientifiques préfèrent se tourner vers le crowdfunding, car les moyens de financement classiques sont beaucoup trop lents.

"Les moyens de financements que l'on sollicite habituellement face à ce genre de situation sont aujourd'hui trop lents. Notre timing est serré", explique le biologiste. "Demain, nous allons à Melaleuca pour faire les premières vérifications : regarder lesquels ont niché, compter combien d'œufs on a et identifier ce dont on a besoin pour faire face à cette situation."

perruche_2.jpg
DIFFICULT BIRDS RESEARCH GROUP

"C'est pour cela que nous avons besoin de ce financement participatif. Nous payons à crédit notre voyage de demain. Et nous ne gagnerons bien sûr pas d'argent sur ce que nous avons à faire. Si on arrivait à obtenir des financements d'ici la semaine prochaine, on aurait les moyens et les ressources pour sauver les oiseaux."

L'argent du crowdfunding servira à payer des interventions sur les oiseaux sauvages durant la période de reproduction. "Il va nous falloir des biologistes capables de monter aux arbres pour nourrir des bébés perruches et identifier si un petit va devoir lutter pour survivre, mais aussi des biologistes capables d'échanger des œufs et aider les femelles à en élever le maximum possible", explique le scientifique. "Évidemment, il existe peu de personnes avec ce genre de compétences et tous sont très occupés. Alors si l'on veut mettre quelque chose sur pied, il faut absolument que l'on s'organise rapidement".

L'équipe de chercheurs aura également accès au programme de Tasmanie visant à reproduire les perruches à ventre orange en captivité. Celui-ci accueille actuellement 310 oiseaux. Si l'initiative est un succès, un programme plus ambitieux pourrait être espéré dès l'an prochain. 

À l'heure où nous écrivons ces lignes, le financement participatif semble en route pour le succès. Alors qu'il reste une semaine pour récolter les 60 000 dollars demandés, l'équipe a déjà amassé plus de 45 000 dollars de promesses de dons.

– Adapté par Romain Houeix. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.