Vendredi 30 septembre, la sonde Rosetta rejoindra en douceur sa comète pour y reposer à tout jamais. Au total, cette incroyable odyssée spatiale aura duré pas moins de 12 ans.

Vendredi, à 12 h 40 heure de Paris (10 h 40 GMT), la sonde Rosetta aura rejoint sa dernière demeure, située à plus de 700 millions de kilomètres de la Terre. Douze ans après le début de son aventure mouvementée, elle aura fourni à la science de précieuses informations sur ce cosmos que nous méconnaissons encore trop.

VOIR AUSSI : Avec #Goodbye Philae, les gens disent adieu au petit robot

Orchestré solennellement par l’Agence spatiale européenne (ESA), son "atterrissage contrôlé" sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko (Tchouri pour les intimes), autour de laquelle elle tourne depuis plus de deux ans, sera donc son ultime voyage. Elle rejoindra la région d’hébergement de fosses actives Maât, sur la "tête" de la comète, après une lente descente en chute libre de plus de 14 heures, et ce même si elle n’a pas été conçue pour atterrir. "Rosetta ne va pas s’écraser", a assuré Francis Rocard, le responsable de programme Rosetta au CNES, à l’AFP. "Elle va se poser en douceur. Elle ne va pas se détruire en mille morceaux."

Ainsi, dès son entrée en contact avec le sol de la comète, la sonde s’endormira pour l’éternité. Comme l’imposent les régulations en matière de recherche spatiale, une fois une mission terminée, les fréquences utilisées par une sonde et son régulateur doivent être libérées. Rosetta a donc été programmée pour s’éteindre directement après l’impact.

Une fin pour le meilleur

En réalité, sa vie, déjà bien riche, aurait peut-être pu être prolongée. Les scientifiques avaient le choix entre trois options : celle de faire descendre la sonde sur la comète, mettant ainsi un terme à sa mission, celle de la faire entrer une fois de plus en hibernation, et celle de ne rien faire du tout.

"Il a été décidé dès 2014 que l’aventure Rosetta allait s’arrêter là"

"Il a été décidé dès 2014 que l’aventure Rosetta allait s’arrêter là. Non seulement parce que lors de sa descente, Rosetta allait s’approcher au plus près de la comète comme elle n’aurait pu le faire en cours de mission, mais aussi parce qu’elle est désormais trop éloignée du Soleil", a expliqué à Mashable FR Sylvain Lodiot, responsable des opérations en vol de Rosetta à l'ESA

Effectivement, si Rosetta avait dû attendre une fois de plus de se rapprocher du Soleil (sa première hibernation avait eu lieu entre juin 2011 et janvier 2014), les équipes auraient dû patienter au moins trois ans et demi, sans même avoir la certitude de son réveil. Par ailleurs, Sylvain Lodiot rappelle que "les données scientifiques rapportées par la sonde Giotto sont encore analysées aujourd'hui, elle qui a achevé sa mission en... 1992 !". Pour Rosetta, il estime que ce temps d'analyse pourrait s'étendre jusqu'à 10 ans. 

osiris camera rosetta
Un autre cliché d'Osiris capturé le 5 septembre dernier, à 5 kilomètre du centre de Tchouri.
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA
comet_on_3_august_2016_osiris_narrow-angle_camera.jpg
Une vue du 3 août dernier à 8,7 km du centre la comète.
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Que va devenir Rosetta une fois sur Tchouri ?

Impossible de vraiment le savoir, mais pour le responsable des opération en vol de Rosetta, "il y a de plus grandes probabilités que la comète elle-même soit détruite avant la sonde, lors de l'un de ses prochains passages devant le Soleil". Car Tchouri est une comète en fin de vie. 

Quoiqu'il en soit, son baiser mortel avec le sol de la comète fait éprouver à Sylvain Lodiot "une grande tristesse". "J'ai passé énormément de temps avec elle", confie-t-il.

osiris_1.jpg
Un cliché de Tchouri pris par Osiris, la caméra de Rosetta, le 20 septembre dernier, à 13,7 kilomètres du centre de la comète.
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Quelles sont les découvertes majeures de Rosetta ?

Sylvain Lodiot l'assure, "Rosetta n'a jamais été une mission ennuyeuse". Elle aura effectué lors de son voyage pour atteindre Tchouri deux survols d'astéroïdes, chose inédite à ce moment-là, et quatre survols de planètes. "Ce fut une mission unique, qui n'arrive qu'une fois dans une vie."

Scientifiquement, on retiendra surtout les conclusions liées à l'eau présente sur Tchouri, en rien semblable à celle de la Terre. Cette famille de comètes n'a donc pas contribué à l'apport d'eau sur notre planète bleue, comme le pensaient auparavant les scientifiques. Elle aura néanmoins identifié des molécules organiques – notamment des acides aminés – qui pourraient avoir été partie prenante de l'"ensemencement" de nos océans, et donc de l'apparition de la vie sur Terre.

"Plus généralement, Rosetta a révolutionné notre connaissance des comètes. Et on a encore quantité de choses à découvrir grâce à tout ce qu'elle nous a rapporté, ici chez nous." Même partie, Rosetta n'aura pas dit son dernier mot.

Quelque chose à ajouter ? Dites en commentaire.