Pendant un an, six scientifiques sont restés à l'isolement à Hawaï pour simuler un séjour sur Mars. Alors que leur mission vient de prendre fin, le Français Cyprien Verseux a passé son tout premier coup de fil de Terrien libre à Mashable FR.

23 h. Dring Dring. "Bonjour vous êtes bien sur la messagerie de Cyprien Verseux, veuillez laisser un message." Des messages, Cyprien Verseux doit en avoir un paquet : voilà 365 jours que l’astrobiologiste français de 26 ans n’a pas répondu à son téléphone. Et pour cause, il a passé les 12 derniers mois coupé du reste du monde à simuler un séjour sur Mars pour le compte de la NASA, le plus long de ce genre jamais réalisé.

VOIR AUSSI : La NASA dévoile une série de posters pour "recruter" les futurs pionniers de Mars

Dimanche 28 août au soir, Cyprien Verseux et ses six acolytes ont franchi pour la première fois sans scaphandriers les portes de leur dôme blanc. Les voilà désormais de nouveau libres. 

23 h 15. Dring, Dring. "Oui, âllo ?" Entre deux bribes de conversation, le vent souffle dans le portable fraîchement rallumé de l’astrobiologiste français. Ce vent, c’est celui du volcan Mauna Loa, situé à plus de 2 500 mètres au-dessus du niveau de la mer sur l’île d’Hawaï. C’est dans cet environnement aride que se sont installés les six scientifiques participant à la quatrième mission du projet "Hawaii Space Exploration Analog & Simulation (HI-SEAS)", débuté en 2013 par la NASA.

unspecified.jpg
Le volcan Mauna Loa à Hawaï.
Christiane Heinicke

À l'autre bout du fil, la voix du jeune Français désormais libre est calme et posée : "C'est drôle, vous êtes la première personne à qui je parle au téléphone depuis un an." 

Retour sur Terre au goût sucré 

Pendant douze mois, Cyprien Verseux et les cinq autres scientifiques ne sont que rarement sortis du dôme blanc d’une centaine de mètres carrés dans lesquels ils vivaient en autarcie. Pour mimer le plus fidèlement possible les conditions de vie sur la planète rouge, les communications des six pionniers étaient strictement limitées et filtrées : une poignée de sites Internet disponibles et des mails reçus et envoyés avec 20 minutes de retard, le temps qu'ils mettraient pour aller et venir de Mars. 

"Pour moi c’est vraiment excitant de sortir", raconte Cyprien Verseux à Mashable FR. "On a été enfermés pendant un an ensemble et il y a deux heures, on a ouvert la porte et on était de nouveau dehors avec de nouveaux visages, de la nourriture fraîche."

unspecified.jpg
Noël à l'intérieur du dôme.
Christiane Heinicke

Une tranche d’ananas bien fraîche. Le premier aliment qu’a mangé le jeune français en sortant de sa mission peut sembler banal – on aurait plus parié sur un steak-frites et une bonne bière – et pourtant, après un an de nourriture déshydratée, le fruit juteux a quelque chose de sacré. "C’était incroyable de pouvoir manger un vrai fruit juteux, frais. Pour moi pendant un an, un fruit c’était un petit bout de quelque chose incolore et insipide", confie Cyprien. Avant d’ajouter : "Mais bon, j’ai été un étudiant fauché pendant des années donc la nourriture déshydratée, ce n’était pas si terrible."

Apprécier des choses aussi simples qu’un bout d’ananas juteux, c’est peut-être ce qui restera encore longtemps dans l’esprit de Cyprien Verseux après 12 mois de mission. "Manger, prendre un verre en terrasse avec des amis, marcher. Ce sont des choses simples que je prenais pour acquises avant, mais en ayant été privé pendant un an, je me rends compte à quel point elles sont importantes."

Cultiver sur Mars, c'est possible

Le jeune Parisien reconnaît n'avoir "pas franchement hâte" de retrouver les embouteillages, les réseaux sociaux et une vie citadine faite de courses au supermarché et de petits problèmes du quotidien. "Mes équipiers vont beaucoup me manquer mais de façon générale, je pense que j’aurai trop de choses à faire et à montrer pour pouvoir être nostalgique."

Et parmi les premières choses à faire, dévoiler les résultats de ses expériences figure en tête de liste. Avant un retour en France prévu pour mi-septembre, le jeune astrobiologiste devra encore passer une semaine à Hawaï pour débriefer de la mission avec l’équipe.

Spécialisé dans la plantation en milieu spatial (comme Matt Damon dans "Seul sur Mars"), l’astrobiologiste est parvenu à faire pousser des tomates ou encore des champignons à l’intérieur du dôme de Mauna Loa. À l’heure du bilan, il reconnaît que "les résultats sont très encourageants" : "Les expériences qu’on a menées montrent que c’est possible de cultiver des choses dans un environnement comme Mars, et de les consommer."

unspecified.jpg
Les tomates qu'est parvenu à faire pousser le Français.
Cyprien Verseux

Quand on lui demande s’il serait prêt à embarquer pour une (vraie) mission sur Mars, le Français répond catégoriquement : "Bien sûr, je dirais oui sans hésitation, ça vaut le coup de faire des sacrifices."

Que les proches de Cyprien Verseux se rassurent, la NASA devra encore un peu s'entraîner pour espérer s'envoler vers Mars. La prochaine mission de simulation de vie sur la planète rouge débutera en janvier 2017 pour une durée de 8 mois. Les candidatures sont ouvertes à tout le monde jusqu'au 5 septembre, il nous reste encore du temps pour manger de l'ananas fraîchement cueilli. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.