On a trouvé une seconde vie, utile en plus, aux mégots de cigarettes.

Une équipe de scientifiques a découvert qu’utiliser les mégots de cigarettes dans la fabrication de briques en argile permet non seulement de recycler ces déchets, mais aussi de réduire l’énergie nécessaire pour cuire ces briques.

VOIR AUSSI : La justice européenne valide l'uniformisation des paquets de cigarettes

Près de 6 000 milliards de cigarettes sont produits chaque année sur la planète ce qui créé un vrai problème environnemental, a expliqué Abbas Mohajerani, maître de conférence en ingénierie à l’université RMIT de Melbourne, à Mashable Australie.

Les mégots et les filtres terminent souvent par terre dans les parcs ou les cours d’eau, et mettent des années à se dégrader, tout en diffusant leurs ingrédients chimiques dans la nature.

Mohajerani explique que son équipe a eu l’idée d’ajouter les mégots à la fabrication des briques pour régler ce problème des déchets, car les briques en argile sont parmi les matériaux de construction les plus utilisés, 1 000 milliards sont fabriqués chaque année.

Comme les filtres de cigarettes sont fabriqués à partir de matière organique, ils peuvent aussi permettre d’économiser de l’énergie pendant la "cuisson" des briques. "1 % de mégots économisent 9 % d’énergie requise pour la cuisson des briques", décrit-il. "Puisque c’est une matière organique, c’est une valeur calorifique, et donc une source d’énergie."

La qualité des briques fabriquées à partir d’1 % de mégots de cigarettes est tout aussi bonne, leur solidité et leur apparence est très similaire.

De plus, lors les mégots sont recyclés en briques, leurs ingrédients nocifs sont détruits ou paralysés : "Dans les briques en terre cuite, lorsqu’on fait le mélange de fabrication, on chauffe le tout à plus de 1 000 degrés."

Si cette méthode se développe à une échelle importante, Mohajerani avance que l’impact pourrait être significatif. "Si 2,5 % de la fabrication mondiale de briques contenait 1 % de mégots, nous pourrions éradiquer ce problème."

C’est maintenant à l’industrie et au gouvernement de passer à l’étape supérieure et de mettre en pratique cette solution. "Les mégots de cigarette sont un problème dans le monde entier, alors il faut bien commencer quelque part."

L'étude scientifique a été publiée dans le journal Waste Management.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.