Washington a sommé vendredi les écoles publiques américaines de laisser leurs étudiants transgenres choisir les toilettes de leur choix. Une controverse sur le sujet secoue l’État de Caroline du Nord depuis deux mois.

L’administration Obama a exhorté vendredi 13 mai les établissements scolaires publics américains à laisser leurs étudiants transgenres à choisir les toilettes de leur choix - en fonction de leur identité sexuelle et non de leur sexe d’origine. Ce communiqué officiel de Washington n’a pas force de loi mais il menace implicitement les écoles de les priver de subventions de l’État fédéral si elles ne respectaient pas cette consigne.

L’affaire remonte au 23 mars 2016, lorsqu’une loi adoptée en Caroline du Nord a imposé à tous les citoyens de l'État d’utiliser les toilettes publiques en fonction de leur sexe de naissance. La mesure a provoqué un tollé dépassant largement les frontières de Caroline du Nord, un bras de fer s’est engagé entre le promoteur de la loi Pat McCrory et les opposants au texte. 

"Cette action a une portée dépassant nettement le cadre des toilettes. La dignité et le respect de nos concitoyens sont en jeu", avait affirmé la procureure générale des États-Unis, Loretta Lynch, osant une comparaison avec les lois qui avaient introduit la ségrégation raciale dans le pays. "Cette loi revient à infliger davantage d'indignité à une communauté qui a déjà souffert bien plus que son dû", a ajouté la ministre, elle-même noire et originaire de l'État situé dans le sud-est américain.

Des artistes annulent leur spectacle en Caroline du Nord

Un mouvement de protestation national, voire international, est né dans la foulée. Des artistes parmi lesquels Bruce Springsteen, Pearl Jam, Bryan Adams, Ringo Starr, Demi Lovato et Cyndi Lauper qui ont tous annulé des spectacles en Caroline du Nord.

La banque allemande Deutsche Bank a annoncé le gel des 250 postes qu'elle prévoyait de créer en Caroline du Nord et le spécialiste du paiement en ligne PayPal a purement et simplement renoncé à établir un centre d'affaires qui aurait employé environ 400 personnes.

Face à la fronde, le gouverneur McCrory a fait machine arrière mi-avril. Il a restreint l'application du texte aux bâtiments publics et excluant le secteur privé. Mais la modification a été jugée insuffisante et la campagne publique contre les dirigeants politiques de Caroline du Nord s'est poursuivie.

Pat McCrory a également saisi la justice dans l’espoir de voir valider sa mesure. C'est donc au final un tribunal qui devra trancher pour savoir si cette loi va à l'encontre des principes d'équité et d'intégration censés être garantis aux citoyens américains.

Avec AFP