Trois exoplanètes "potentiellement habitables" ont été découvertes en orbite d'une petite étoile. Pour la première fois, il serait possible d'y "trouver des traces chimiques de vie en dehors de notre système solaire", selon des chercheurs.

Jamais aucune exoplanète n'avait présenté autant de caractéristiques favorables à la présence d'une forme de vie alien. 

VOIR AUSSI : Un rayon laser pourrait dissimuler la Terre du regard des extraterrestres, ou les aider à nous trouver

Ces trois nouvelles planètes se trouvent placée en obite d'une étoile naine aussi brillante que le Soleil, située à seulement 40 années lumières de la Terre. C'est ce que révèlent les résultats d'une étude publiée ce lundi dans le journal Nature Geoscience.  

Les trois petits mondes tournent tous autour de l'étoile naine TRAPPIST-1 et font à peu près la taille de notre planète bleue. Il se pourrait même qu'ils se situent dans la "zone habitable" de leur étoile, facteur qui permettrait à l'eau d'être présente à l'état liquide à leur surface. Ils ne sont cependant pas jumeaux de la Terre, affirme l'étude. 

Ces exoplanètes sont les toutes premières jamais observées en orbite autour d'une naine ultra-froide, une étoile bien moins chaude et bien plus jeune que le Soleil. Autrement dit, si nous nous trouvions à la surface de TRAPPIST-1d, qui est considérée comme la plus habitable des trois, nous verrions probablement dans le ciel un gigantesque soleil rouge.

D'après l'astronome Mochaël Gillon, chercheur à l'Université de Liège, en Belgique, et co-auteur de l'étude, nous pourrions d'ailleurs le regarder fixement sans avoir besoin de lunettes protectrices. "Vous pourriez aussi apercevoir, tout près de l'étoile, les deux autres planètes. Elles sont même suffisamment grandes pour que l'on puisse distinguer des détails à leur surface, ou leur atmosphère", a-t-il confié par mail à Mashable.  

"Comme l'étoile ne dégage pas de lumière bleue, le paysage entier vous apparaîtrait rougeâtre sur ces planètes. Il est constitué de roche ou de glace. Peut-être qu'en arrière-plan, vous pourriez aussi distinguer de grands volcans en éruption", a t-il poursuivi. "Et qui sait, une créature pourrait s'approcher discrètement de vous. Mais on ne peut rien affirmer avec certitude. Du moins pas encore."

Des exoplanètes de la taille de la Terre

La question de la vie extraterrestre mise à part, Gillon et ses collègues savent tout de même plusieurs choses importantes sur ces nouvelles exoplanètes. Il est déjà clair que leur orbite est proche de leur étoile. Deux font un tour complet autour de cette dernière, respectivement tous les 1,5 et 2,4 jours. L'orbite de la troisième planète, lui, n'est pas encore bien défini. 

Si l'on serait tenté de croire que toute forme de vie à leur surface doit littéralement griller – compte tenu de leur proximité avec "soleil" –, il y fait en réalité plutôt bon vivre, l'étoile n'étant pas bien lumineuse.

eso1615e.jpg

"À la surface de la planète la plus éloignée, la température doit se situer quelque part entre 200 Kelvin [-73°C] et 300 Kelvin [27°C]", rapporte Gillon. Plutôt froid, ou parfait pour un barbecue." Sur les deux autres, les journées sont chaudes : il fait plus de 350 Kelvin, soit 77°C. Les nuits, en revanche, doivent plus avoisiner les 300 Kelvin, soit 27°C. Un temps idéal pour des vacances là-bas."

Favorables à la naissance d'une civilisation

Des étoiles comme TRAPPIST-1 peuvent vivre très longtemps, car contrairement à des étoiles plus massives, les naines ultra-froides sont capables de rester dans le même état durant des milliards et des milliards d'années. Une caractéristique idéale à l'émergence de formes de vie. 

eso1615b.jpg

"Ces planètes pourraient s'avérer être des endroits très agréables à vivre pour les civilisations qui voudraient s'y établir", assure Steve Howell, un scientifique de la NASA chargé de la mission K2, un télescope chasseur d'exoplanètes. "Elles pourraient aussi abriter des formes de vie pendant très longtemps, et leur permettre de largement évoluer avant que l'étoile ne vienne à dégénérer."

"Des endroits très agréables à vivre pour les civilisations qui voudraient s'y établir"

Les chercheurs attendent déjà de nombreuses suites à leurs observations. "À seulement 40 années-lumières de nous, ce système planétaire pourrait bien devenir le plus étudié dans les prochaines années", suppose Howell. Ce dernier espère que le télescope Hubble se penchera sur ces trois nouveaux mondes et que la mission K2 – elle-même chargée de découvrir des exoplanètes – sera en mesure de les étudier dans le courant de l'année prochaine. C'est Hubble qui sera capable de déterminer si de l'eau se trouve en quantité suffisante dans l'atmosphère. 

De son côté, le James Webb Space Telescope (JWST), dont le lancement est attendu pour 2018, pourra aussi scruter en détail TRAPPIST-1 et ses accueillantes planètes. L'aventure ne fait donc que commencer.

- Adapté par Marine Benoit. Retrouvez la version originale sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.