En 1939, pour la dernière fois en France, une tête était tranchée en public à la guillotine. Eugène Weidmann, surnommé le "tueur au regard de velours", était décapité devant la prison de Versailles.

Né en Allemagne en 1908, Eugène Weidmann commence à voler dès son plus jeune âge. À la suite d’une affaire de vol, il passe cinq ans en prison où il fait la connaissance de Roger Million et Jean Blanc, qui deviendront ses futurs complices. Dès qu’ils sortent de prison, les trois hommes s’associent pour kidnapper et détrousser des touristes dans les environs de Paris.

Parmi les victimes qu’ils dépouillent puis assassinent, on compte un jeune danseur originaire de New York, un chauffeur, une nourrice, un producteur de théâtre mais aussi un opposant au régime nazi ou encore un agent immobilier.

VOIR AUSSI : L'homme aux bras croisés : en 1936, un Allemand a refusé de faire le salut nazi

En enquêtant, la police finit par identifier Eugène Weidmann et se rend à son domicile pour l’arrêter. Le criminel ne se laisse pas faire et ouvre le feu sur les policiers avec son pistolet, blessant certains d’entre eux. Mais les forces de l’ordre parviennent à maîtriser le forcené et à procéder à son arrestation.

guillotine-7.jpg
21 décembre 1937 : Eugène Weidmann est menotté après avoir été arrêté par la police.
Keystone/Hulton Archive/Getty Images
guillotine-1.jpg
17 juin 1938 : Eugène Weidmann montre à la police la cave de la forêt de Fontainebleau dans laquelle il a assassiné Janine Keller.
Horace Abrahams/Getty Images
guillotine-5.jpg
24 mars 1939.
Keystone-France/Gamma-Keystone/Getty Images
guillotine-2.jpg
Mars 1939, procès d'Eugène Weidmann.
LAPI/Roger Viollet/Getty Images
guillotine-3.jpg
Mars 1939.
Keystone-France/Gamma-Keystone/Getty Images
guillotine-4.jpg
Des lignes téléphoniques sont installées spécialement pour le procès.
Keystone-France/Gamma-Keystone/Getty Images

Après un procès très médiatisé qui fait sensation auprès du grand public, Weidmann et Million sont condamnés à mort, et Blanc à 20 mois de prison. La sentence de Million sera transformée par la suite en peine de prison à perpétuité. 

Le matin du 17 juin 1939, Weidmann est emmené devant la prison Saint-Pierre (actuellement le Palais de Justice) à Versailles, où l’attendent une guillotine et une foule impatiente. Parmi les personnes présentes, se trouve la future légende américaine du cinéma, Christopher Lee, alors âgé de 17 ans.

Weidmann est installé sur la guillotine, puis le bourreau en charge de l’exécution, Jules-Henri Desfourneaux, libère la lame sans attendre.

Plutôt que d’observer calmement la scène, les spectateurs auraient commencé à s'agiter, certains auraient même sorti leur mouchoir pour le tamponner d’un peu de sang du condamné, en souvenir de l’événement. La scène est si affligeante que le président de la République de l’époque, Albert Lebrun, décide d’interdire toutes les exécutions publiques, estimant qu’elles stimulent davantage les instincts primaires des citoyens plutôt que de les dissuader de commettre des crimes.

La guillotine, qui a longtemps été considérée comme un moyen rapide et (relativement) humain de donner la mort, a continué à être utilisée comme méthode d’exécution jusqu’en 1977. La peine de mort a finalement été abolie en France en 1981.

guillotine-9.jpg
Juin 1939 : Weidmann pendant son procès
Keystone/Hulton Archive/Getty Images
guillotine-8.jpg
17 juin 1939 : Weidmann est conduit à la guillotine et passe devant le coffre qui sera utilisé pour transporter son corps.
Keystone-France/Getty Images
guillotine-6.jpg
17 juin 1939 : la foule attend l'exécution de Weidmann devant la prison Saint-Pierre.
AFP/Getty Images

- Adapté par Chloé Rochereuil. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter? Dites-le en commentaire.