C'est l'un des monuments les plus célèbres des États-Unis. Elle symbolise la liberté et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression. La Statue de la Liberté trône depuis 130 ans à New York, mais c'est à Paris qu'elle a été conçue et construite.

Au début des années 1870, l’abolition de l’esclavage et la victoire de l’Union dans la guerre de Sécession américaine inspire le sculpteur français Auguste Bartholdi.

Il souhaite confectionner un cadeau monumental pour les États-Unis, en célébration du centenaire de la Déclaration d’indépendance américaine (1776). Un geste d’amitié et un symbole fort de la part de la France, qui avait aidé la jeune nation américaine à obtenir, cent ans plus tôt, son indépendance.

VOIR AUSSI : La tour Eiffel en construction, "verrue" de Paris

Quand Auguste Bartholdi se rend aux États-Unis pour recueillir des soutiens, il repère l’île de Bedloe dans le port de New York, un site qu’il trouve idéal pour accueillir sa future œuvre. Le lieu, situé à l’embouchure d’un grand port, est aussi officiellement considéré comme "terre commune à tous les États" au niveau fédéral.

De style néoclassique, la statue a été conçue à l’image de Libertas, la déesse romaine de la liberté. Elle brandit une torche et est vêtue d’une tabula ansata (un format de tablette populaire dans la Rome impériale), symbole de la loi. Bartholdi a d’abord envisagé l’idée de sculpter une chaîne brisée dans les mains de sa déesse romaine, mais craignait qu’une référence aussi explicite à l’esclavage ne puisse être source de controverse. Notez que la statue porte tout de même une subtile chaîne à son pied.

Le projet est officiellement annoncé en 1875 et une campagne de levée de fonds, chapotée par l’homme politique français Édouard Laboulaye, est lancée. Avant même d’être fixé sur l’aspect final du monument, Bartholdi commence à construire la tête et le bras droit portant la torche. Il présente son travail à l’exposition universelle de 1876 à Philadelphie, aux États-Unis, et à celle de Paris deux ans plus tard, afin de mobiliser de nouveaux soutiens autour du projet. 

statue-1.jpg
1876 : le bras droit portant la torche de la Statue de la Liberté est présenté à l'exposition universelle de Philadelphie.
Buyenlarge/Getty Images
statue-8.jpg
1881: Un schéma montrant la structure intérieure en fer de la statue, conçue par Gustave Eiffel.
Library of Congress
statue-51.jpg
1883 : Un schéma des dimensions de la statue.
Library of Congress
statue-2.jpg
1878 : La tête de la Statue de la Liberté montrée à l'exposition universelle de Paris.
Library of Congress

"L’aspect extérieur de la statue doit être large et simple, caractérisé par une esthétique audacieuse et affirmée, aiguisée à certains endroits. Au même titre, il faut éviter de multiplier les détails."
-  Frédéric Auguste Bartholdi

statue-3.jpg
1878 : une autre vue de la tête en exposition à Paris.
FPG/Getty Images

La construction commence à Paris en 1877. Bartholdi fait appel à l’ingénieur Gustave Eiffel pour l’aider à confectionner la structure interne de la statue. Eiffel conçoit une armature en fer flexible et innovante permettant à la sculpture de résister au vent sans craquer. 

La statue est officiellement achevée et présentée à l’ambassadeur américain en France le 4 juillet 1884.

Pendant ce temps à New York, la construction du socle de la statue prend du retard, faute de financements. Joseph Pulitzer, éditeur du journal américain New York World, organise alors une collecte de fonds, promettant de publier les noms des généreux donateurs dans son prestigieux journal. La collecte permis de lever 102 000 dollars, une somme obtenue essentiellement de dons inférieurs à 1 dollar.

En 1885, la statue est démontée et expédiée par la mer à New York. Une fois la construction du piédestal achevée, en avril 1886, elle est réassemblée par des ouvriers qui travaillent suspendus à des cordes. Étonnamment – compte tenu des mesures de sécurité de l’époque – aucun travailleur n’a perdu la vie dans ce chantier.

La statue, officiellement baptisée "La Liberté éclairant le monde", est inaugurée le 28 octobre 1886. L’aspect verdâtre caractéristique du monument, causé par l’oxydation de son enveloppe de cuivre, n’apparaît qu’au début du XXème siècle.

statue-21.jpg
1880 : des ouvriers construisent la statue dans l'atelier de Bartholdi à Paris.
ullstein bild/Getty Images
statue-17.jpg
1882 : le bras de la statue est entrain d'être construit dans l'atelier. Au fond, on aperçoit des petits modèles de la version du bras et de la tête.
Albert Fernique/Library of Congress
statue-15.jpg
1880 : Bartholdi (à gauche) supervise la réalisation de la statue.
Musee Bartholdi/Authenticated News/Getty Images
statue-12.jpg
1883 : Une vue de la tête à l'extérieur de l'atelier parisien, alors que la construction commence. Les dignitaires assistent à la cérémonie d'inauguration, regroupés au pied de la statue.
Corbis
statue_montage.jpg
1883 : assemblage de la statue.
Albert Fernique/New York Public Library

"Les gens écrivaient des lettres à leur familles restées dans leur pays natal pour annoncer la nouvelle. Le mot circulait parmi les nouveaux arrivants qu’une fois l’Amérique atteinte, cette fabuleuse déesse les accueillerait dans le port de New York."

– Barry Moreno, historien

statue-10.jpg
1884 : la statue entièrement assemblée s'élève au dessus de l'atelier et des immeubles alentours.
Corbis
statue-4.jpg
4 juillet 1884 : la statue est officiellement dévoilée à l'ambassadeur américain en France avant d'être envoyée par bateau à New York.
Corbis

"Aucun véritable patriote ne peut approuver le fait que de telles dépenses soient faites pour des femmes en bronze, compte tenu de l’état actuel de nos finances."

– New York Times, vers 1880

statue-11.jpg
1885 : une caricature extraite du magazine Puck suggère des solutions aux problèmes de financement de la statue.
Corbis
statue-19.jpg
1885 : le pied de la statue arrive à New York.
Universal History Archive/UIG via Getty Images

"Nous n’oublierons jamais que la liberté a fait de ce pays sa maison ; que l’autel qui lui a été façonné ne soit négligé d’aucune manière."

– Grover Cleveland, Président des États-Unis

statue-6.jpg
1886 : la statue est assemblée sur l'île de Bedloe.
Library of Congress

"Les rebuts de vos rivages surpeuplés
Envoyez-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte,
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !"

– Emma Lazarus, poétesse américaine

statue-9.jpg
1890
Alinari/Getty Images

Adapté par Chloé Rochereuil. Retrouvez la version originale sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.