Il y a eu une véritable profusion d'images pendant cette Coupe du monde, notamment en provenance des vestiaires. Après la victoire des Bleus dimanche, c'était sur Instagram qu'il fallait regarder les stories en train de s'écrire.

Euphoriques, les Bleus de Griezmann, Pogba et Mbappé l'étaient après leur succès (4-2) dimanche au stade Loujniki de Moscou, en finale de la Coupe du monde. Leur victoire a été diffusée en mondovision et la remise des trophées suivie par des centaines de millions de personnes, dont 18,1 millions rien qu'en France sur TF1. Mais d'autres images font le tour du monde depuis dimanche : celles tournées par les joueurs français eux-mêmes dans les vestiaires à l'issue du match.

VOIR AUSSI : Mondial-2018 : vingt ans après 98, les Bleus à nouveau sacrés

Nos confrères du Huffington Post ont réalisé un montage de quelques scènes diffusées sur Instagram par les jeunes champions du monde : la reprise en chœur de "We are the champions" de Queen, les visites de Jean-Pierre Papin, Lilian Thuram, Marcel Desailly et Dimitri Payet ou encore une prise de parole du président Emmanuel Macron, qui avait fait le déplacement avec un soldat français blessé au Sahel.

Le public est demandeur de ces coulisses et il peut maintenant en profiter en direct via les réseaux sociaux. Mais ce n'a pas toujours été le cas.

En 1998, en filmant ce qui allait devenir le mythique documentaire "Les yeux dans les Bleus", Stéphane Meunier avait la "chance" d’être "au bon endroit, au bon moment", a-t-il raconté récemment à Vice. C’est Canal+ qui avait négocié pour lui des accès à Clairefontaine et dans les bus et vestiaires des Bleus de Zinedine Zidane et (déjà) Didier Deschamps. "J’ai aussi bénéficié du fait que je filmais avec une toute petite caméra, et que c’était la première fois qu’on utilisait ce matériel moins intrusif aux yeux des joueurs." Ces derniers ne se méfiaient pas véritablement de la caméra. On pouvait ainsi en voir certains d'entre eux fumer des cigarettes à l'entraînement, chose qui ne passerait probablement pas en 2018.

En 2006, nouvelle Coupe du monde qui voit les Bleus se hisser en finale. On voit moins de plans tournés dans les vestiaires à l’exception d’une scène tournée au smartphone restée elle célèbre : Jacques Chirac félicite un Franck Ribéry aux anges. La séquence sera reprise dans le documentaire "Rendez-vous le 9 juillet".

Le premier brouillon de l'histoire est maintenant le fait des footballeurs qui deviennent les réalisateurs de leur propre gloire

Mais fur et à mesure des années, les joueurs sont de plus en plus nombreux à devenir des producteurs de contenus : ils racontent leur histoire, montrent leurs images, font leurs commentaires sur les plateformes sociales. Le premier brouillon de l'histoire, qui était auparavant l'apanage des journalistes, est maintenant le fait des footballeurs qui deviennent les réalisateurs de leur propre gloire. Libre ensuite aux médias de s'emparer de ces séquences – comme l'a fait le HuffPost plus haut – et de les commenter. "Les joueurs veulent se réapproprier leur image. Ils le font parfois maladroitement, mais ça traduit une envie de prendre la parole, de remplir leur vie hors-terrain", explique à Vice Farid Kounda, qui a réalisé, pour la FFF, un film sur l'Euro 2016 qui se déroulait en France

Et cette Coupe du monde 2018 qui vient de s'achever, c'est surtout sur Instagram qu'on a pu la suivre de l'intérieur, grâce au format stories, lancé en août 2016. C'est bien simple, 22 des 23 Bleus sélectionnés en Russie ont un compte Instagram (seul manque Olivier Giroud, qui se rattrape sur Twitter), et tous utilisent cette fonctionnalité. Dans l'ordre, en nombre d'abonnés sur la plateforme, on trouve Paul Pogba (25,6 millions), Antoine Griezmann (19,3 millions) et Kylian Mbappé (13,3 millions).

Les remplaçants se sont montrés prolifiques durant la compétition, à l'image du latéral gauche Benjamin Mendy, blessé, qui faisait faire un dab à Emmanuel Macron dimanche soir. Le défenseur parisien Presnel Kimpembé, qui fait office de DJ du groupe, a lui aussi nourri Internet d'images de fête dans les vestiaires et dans le bus.

Et quand ce ne sont pas les joueurs eux-mêmes qui postent, des invités se joignent à la fête, comme cette nuit de dimanche à lundi où les stories de DJ Snake et Malik Benthala nous permettaient d'être nous aussi, au milieu des champions du monde.

En rentrant à la maison avec la coupe, les 23 vont nous gratifier d'autres images historiques, vues de l'intérieur et prises pas les protagonistes themselves. Merci aux Bleus de partager en ligne ces photos et vidéos qui témoignent d'une réussite collective quand certains ne voient dans les réseaux sociaux que des épanchements d'ego.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.