Malheureusement, le compte de Donald Trump, bien trop actif, ne risque pas d'être supprimé.

Pour lutter contre les fake news et les faux comptes, Twitter fait sa purge. Samedi, le Washington Post révélait que plus de 70 millions de comptes douteux avaient été suspendus au cours des deux derniers mois. Une annonce qui avait fait réagir le président américain Donald Trump, grand habitué des diatribes sur Twitter, mais aussi les marchés de Wall Street, où Twitter avait chuté dans la foulée de 10 %.

VOIR AUSSI : 8 000 posts par jour, de la pédopornographie : une ancienne modératrice de Facebook raconte son quotidien

Cependant, le réseau social de Jack Dorsey ne compte pas s’arrêter là. Ce jeudi, le New York Times révèle que "plusieurs dizaines de millions de comptes suspects" vont disparaître des compteurs de Twitter. En effet, la plateforme a décidé de ne plus comptabiliser dans le décompte des abonnés les comptes "verouillés" : il s’agit de comptes dont "des changements soudains" ont alerté Twitter à l’image d’un grand nombre de réponses ou du partage de liens trompeurs.

6 % d'abonnés en moins pour tout le monde

Jugés faux ou automatiques, ces comptes vont donc disparaître des décomptes officiels. Et si pour un utilisateur lambda, cela ne devrait se traduire que par une perte de quelques followers, les comptes d’influenceurs, qui pour certains ont été gonflé artificiellement grâce notamment à l’achats de fans, risquent de voir leur audience sacrément diminuer. D’après le New York Times, la perte devrait tourner autour de 6 % d’abonnés pour chaque utilisateur.

"Engagés à renforcer la confiance et à encourager des conversations sereines"

"Nous sommes engagés à renforcer la confiance et à encourager des conversations sereines sur Twitter. Le nombre des abonnés devrait être fiable et pertinent", a réagi Twitter dans un communiqué.

Mais ce grand ménage fait-il au passage dégringoler les statistiques d’utilisation du réseau social à l’oiseau bleu ? Pas forcément. D’après Ned Segal, directeur financier de Twitter, qui avait réagi lundi 9 juillet à la dégringolade en bourse lundi, "la plupart des comptes [supprimés] ne sont pas inclus dans [les] statistiques dans la mesure où ils ont été inactifs durant 30 jours ou plus, ou [qu’ils] ont été repérés au moment de l'inscription et qu'ils n'ont jamais été comptabilisés". Le chiffre de 336 millions d'utilisateurs actifs mensuels de Twitter à travers le monde ne devrait donc pas bouger.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.