Quatre ans après avoir vendu WhatsApp à Facebook, les deux fondateurs de l'appli de messagerie ont quitté le navire.

Jan Koum s’en va, quatre ans après le rachat de WhatsApp par Facebook. Le cofondateur de l’application de messagerie a annoncé, lundi 30 avril, sa décision de quitter ses fonctions, sans donner une date précise à son départ. "Je vais prendre du repos pour faire des choses qui me plaisent", a-t-il simplement écrit en guise d’explication sur sa page Facebook.

VOIR AUSSI : Même le fondateur de WhatsApp a estimé qu'il était temps de quitter Facebook

Un article du Washington Post, publié peu de temps avant l’annonce officielle de Jan Koum, suggère que son départ est la conséquence d’un désaccord avec Facebook, notamment sur l’utilisation des données personnelles des utilisateurs. Lors du rachat de WhatsApp par Facebook, pour 19 milliards de dollars en 2014, Jan Koum était entré au conseil d’administration du réseau social. Il va également le quitter.

"Cela fait presque dix ans que Brian et moi avons lancé WhatsApp, et ça a été une aventure géniale avec certaines des meilleures personnes que j’ai pu rencontrer. Mais il est temps pour moi de partir. Travailler avec une petite équipe aussi incroyable a été une bénédiction", a écrit Jan Koum sur sa page Facebook. "Je suis reconnaissant pour tout ce que tu as fais pour aider à connecter le monde et pour tout ce que tu m’as appris", a répondu Mark Zuckerberg en commentaire.

Le départ de Jan Koum, au lendemain des scandales qui secouent Facebook depuis plusieurs semaines, sonne comme une fausse note pour la réputation du réseau social, qui tient sa conférence F8 à partir de ce mardi 1er mai. D’autant plus que Brian Acton, l’autre cofondateur de WhatsApp ayant quitté le navire sept mois plus tôt, a récemment supprimé son compte Facebook, encourageant chacun à faire de même sur Twitter.

Les relations entre WhatsApp et Facebook n’ont pas toujours été au beau fixe. L’application de messagerie avait, à ses débuts, optée pour un modèle payant (0,99 cent par an), tandis que Facebook préfère la publicité. En 2014, les fondateurs de WhatsApp avaient par ailleurs promis de ne pas partager les données des utilisateurs avec Facebook. Une promesse rompue dès 2016 qui avait été sanctionnée par une amende de 110 millions d’euros en Europe.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.