Facebook a annoncé la mise en place de son service "Gaming Creator", un programme pour soutenir la diffusion en live de jeux vidéo.

Si le réseau social de Mark Zuckerberg veut rattraper l'avance de Twitch, propriété d'Amazon, et YouTube Gaming, propriété de Google, les deux poids lourds de la diffusion de jeux vidéo dans le monde, il va falloir cravacher dur. La première étape était la signature d'un partenariat avec l'ESL, l'une des principales ligues e-sport. La deuxième est le lancement d'un programme dédié au streaming de jeux vidéo, compétitifs ou amateurs.

VOIR AUSSI : Snoop Dogg a passé la soirée à fumer de la weed sur Twitch et c'était n'importe quoi

Facebook a annoncé, vendredi 26 janvier, dans un article de blog, le lancement d'un programme pilote, "Gaming Creator". Les utilisateurs du service auront la possibilité de faire du streaming en live directement depuis leur page Facebook avec une définition de 1080p en 60 images/seconde. Pour convaincre les streamers de se lancer dans l'aventure, Facebook met en avant son réseau de deux milliards d'utilisateurs et les avantages en terme de taux d'engagement que pourrait procurer le service. 

Leo Olebe, un des dirigeants de Facebook en charge des partenariats gaming, souligne en effet une mise en avant des contenus sur Facebook, mais aussi Instagram et Oculus dans les temps à venir. Il annonce également l'arrivée d'un système de monétisation des directs avec, comme sur Twitch ou YouTube Gaming, la possibilité de faire des dons aux streamers facilement et directement. 

stone.jpg
Capture d'écran/StoneMountain64

Facebook affirme également le souhait de construire ce nouveau service "main dans la main" avec les créateurs de contenus. Quelques streamers ont déjà été embarqués dans l'aventure, comme StoneMountain64, un joueur américain avec une communauté de presque un million de personnes sur le réseau social. Un bon argument marketing pour le réseau social, qui a notamment réalisé une interview du streamer. Dans une session "Ask Me Anything" réalisée sur Reddit, le vice-président de l'ESL, Ulrich Schulze, a néanmoins dû s'excuser pour les "problèmes techniques" que les parties réalisées sur Facebook rencontrent encore. "L'expérience visuelle sur la plateforme de Facebook n'en est pas encore là où nous voudrions qu'elle soit", écrivait-il.

Facebook aura donc fort à faire pour s'imposer dans ce domaine et créer une plateforme qui fait sens aux yeux des streamers et des viewers.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.