Les photos stock ont la fâcheuse tendance à résumer ce que l'on ne peut pas résumer. Une personne atteinte de troubles bipolaires n'est pas "soit contente, soit triste", mais bien constamment en proie à une forme de mélancolie.

Réducteurs et clichés. Les photos que l'on trouve dans les banques d'images lorsque l'on cherche "troubles bipolaires" représentent bien souvent, de façon presque potache, des individus perdus entre des humeurs extrêmes.

VOIR AUSSI : Il faut vraiment qu'on parle de ces ridicules photos de hackers dans les banques d'images

Dans un thread, une internaute qui souffre de troubles bipolaires a dénoncé les stéréotypes qui collent à cette maladie. "Si on regarde ces images, on se dit que je passe la moitié de mon temps à penser à des chauve-souris et des têtes de mort. En fait, c'est *tout le temps* que je pense à des chauve-souris et des têtes de mort".

Pour Stephen Hinshaw, professeur de psychologie à l'Université de Berkeley, les représentations simplistes des troubles bipolaires dans les médias n'aident pas les personnes qui en souffrent à être bien acceptées et comprises des autres. "Ces portraits n'ont qu'une conséquence : créer de la distance entre les individus en proie à des troubles bipolaires et le reste de la société".

Parce qu'elles servent à illustrer de nombreux articles, les images stock ont un véritable rôle dans la représentation que l'opinion publique se fait des choses. Il est grand temps de ne pas verser dans les stéréotypes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.