L’option, déjà disponible outre-Atlantique, débarque enfin en France. Elle permet d’envoyer de l’argent à nos contacts sans quitter Messenger.

"Tu me passes ton RIB pour les 30 euros du cadeau commun ?" Cette phrase, à quelques variantes près, on l’a tous écrite au moins une fois sur l’une de nos applis de messagerie. Elle devrait toutefois se faire plus rare sur Messenger. L’application de Facebook a en effet annoncé le 7 novembre, dans les locaux parisien du réseau social, l’arrivée imminente – d’ici 4 à 6 semaines – du paiement entre particuliers sur la plateforme.

VOIR AUSSI : Pourquoi Messenger Lite est en fait la seule chose que l’on attend de Messenger aujourd’hui

Les frais de transaction seront pris en charge par Messenger

Disponible aux États-Unis depuis déjà deux ans, la fonctionnalité était attendue depuis plusieurs mois en France, pays où Messenger compte parmi les applications mobile les plus utilisées. "Il nous a fallu prendre le temps de nouer des partenariats avec les entreprises bancaires nationales et de franchir les obstacles légaux", a justifié David Marcus, le responsable franco-américain des produits Messenger. Pour rappel, Facebook a été autorisé à devenir un prestataire de paiement par l’Union Européenne à la fin de l’année 2016.

Car payer en un clic entre deux emojis requiert tout de même un certain niveau de sécurité. Lors d’un premier paiement, il faudra bien sûr entrer ses informations bancaires, quelle que soit son établissement, puis procéder aux étapes classiques d’authentification, code PIN et/ou vérifications biométriques à l’appui. Le reste du temps, il suffira d’appuyer sur le signe + dans une conversation pour faire apparaitre l’icône "Envoyer de l’argent".

messenger_paiements.jpg

Y a-t-il des frais de transaction ?

Oui, mais ces derniers sont pris en charge par Messenger. À noter que les transactions ne sont pour l’instant possibles qu’entre comptes français. Une fois effectué, un virement ne pourra être en revanche dans certains cas effectif que 24 ou 48 heures plus tard, selon les conditions respectives des banques. Il en va de même pour les plafonds de sommes, fixés par les établissements eux-mêmes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.