Mark Zuckerberg a choisi de mettre en avant les "capacités empathiques" de la VR pour s'excuser du live où il faisait la promotion de Facebook Spaces dans les rues de Porto Rico dévastée. Un choix un peu hasardeux.

Le patron de Facebook a réalisé, lundi 9 octobre, un Facebook Live en réalité virtuelle depuis les zones de Porto Rico sinistrées suite au passage de l'ouragan Maria. Faisant face aux commentaires négatifs sur sa page Facebook et aux articles dans la presse, il s’est finalement excusé pour ce live plutôt indécent.

VOIR AUSSI : Le double virtuel de Mark Zuckerberg a visité Porto Rico dévasté pour la promo de Facebook Spaces

Accompagné de Rachel Franklin, qui dirige le département dédié à la réalité virtuelle de Facebook, l’avatar de Mark Zuckerberg s’était téléporté dans différents lieux pour montrer les capacités de son application de "réalité virtuelle sociale", Facebook Spaces.

Dans la vidéo, on peut voir l’avatar "cartoonesque" de Zuckerberg faire l’apologie de son application en blaguant avec son employée. "Regarde, cette rue est complètement inondée !", s’extasiait-il par exemple, en faisant le tour des rues dévastées de Porto Rico.

L'empathie par le cartoon

Quelques minutes après la diffusion de ce live assez hallucinant, les internautes ont évidemment réagi et de nombreuses personnes ont critiqué Mark Zuckerberg dans les commentaires de la vidéo. Celui-ci a finalement fait le choix de s'excuser, soulignant les capacités empathiques de la réalité virtuelle.

"L'une des plus fortes capacités de la VR est l'empathie. Mon but ici était de montrer comment la VR peut entraîner une prise de conscience et nous aider à voir ce qu'il se passe dans différentes parties du monde", écrit le CEO de Facebook. "Je voulais aussi partager des nouvelles de notre partenariat avec la Croix Rouge pour aider à la reconstruction. En lisant certains commentaires, je me rends compte que ce n'était pas clair et je suis désolé si quelqu'un a été offensé."

markok.jpg

Pour être honnête, on a un peu de mal à réaliser en quoi la réalité virtuelle peut conduire à l'empathie et à la compréhension de ce qu'il se passe dans le monde. Mark Zuckerberg, lui-même immergé à Porto Rico devant des maisons inondées et des rues dévastées, a peut-être eu ce sentiment-là (mais alors, pourquoi avoir pris un ton si léger ?), mais ce n'est pas vraiment le cas des spectateurs. Nous n'y avons vu qu'un cartoon au milieu d'un champ de ruines.

Une personne a fait remarquer cette problématique à Zuckerberg dans un autre commentaire. Celui-ci a répondu : "Je comprends cela. Quand vous êtes en réalité virtuelle vous-même, ce qui vous entoure semble assez réel. Mais ce sens de l'empathie ne s'étend pas aux personnes qui vous regardent comme un personnage virtuel sur un écran en 2D. C'est quelque chose sur lequel nous devrons travailler."

Oui, c'est le moins que l'on puisse dire. Mais, Zuckerberg ayant une équipe dédiée à sa communication, un dérapage comme celui-ci reste étonnant. À croire que Facebook pense sincèrement que les avatars sous forme de cartoon sont l'avenir de la réalité virtuelle sociale.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.