Lors d'une inscription sur Tinder, ce n'est pas seulement son adresse mail, nom, âge et location que l'on confie à l'application de rencontre. C'est largement plus que ça.

Vous ne vous souvenez peut-être pas de votre premier match Tinder, de votre premier date ou du nombre exact de messages que vous avez pu envoyer sur l'application. Pourtant, Tinder s'en souvient parfaitement : c'est ce qu'a pu constater la journaliste française Judith Duportail, en demandant un accès à ses données personnelles collectées par l'appli de rencontres. Elle le raconte dans un article publié par le quotidien britannique The Guardian

VOIR AUSSI : Trop sympa, Tinder lance sa version desktop pour qu'on puisse vraiment draguer sans limite

"Vous ne devez pas espérer que vos informations personnelles, conversations ou autres communications resteront privées pour toujours"

Après avoir commencé à utiliser Tinder en 2013, Judith Duportail décide trois ans plus tard (en mars 2017) de demander l'accès à ses données personnelles, comme chaque citoyen européen est en droit de le faire d'après la Directive 95/46/CE sur la protection des données personnelles. Quelques mois plus tard, elle reçoit près de 800 pages de détails sur sa vie : des likes Facebook aux photos Instagram, en passant par ses préférences, son âge, son éducation etc. Évidemment, elle y retrouve aussi tous les messages échangés au cours de ces trois dernières années, en intégralité. 

La politique de confidentialité de Tinder est pourtant claire, puisqu'elle précise : "Vous ne devez pas espérer que vos informations personnelles, conversations ou autres communications resteront privées pour toujours." La journaliste détaille d'ailleurs qu'en mai 2016, 70 000 profils de l'application de rencontre OkCupid ont été rendus publics car un chercheur danois voulait tenter d'étudier le lien entre intelligence et croyances religieuses

Bien sûr, il est indispensable de confier beaucoup de données personnelles lorsque l'on s'inscrit gratuitement sur Tinder, afin que l'algorithme soit en mesure de suggérer des personnes proches de nous, de nos goûts etc. Mais comme l'ajoute Judith Duportail, l'entreprise y gagne largement : en obtenant ces informations, Tinder se rapproche de votre intimité au plus près, et est donc en "mesure de modeler également votre réalité". 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.