Sur Twitter, une illustratrice américaine accuse Snapchat de lui avoir volé un dessin pour créer un nouveau filtre géolocalisé. Et ce n'est de loin pas la première fois que ça arrive.

Bon ok, Snapchat, on sait que tu es en colère parce qu’Instagram te pique tes idées à longueurs de journées. Mais ce n’est pas une raison pour plagier toi aussi des gens.

Pourtant mercredi 31 mai, l’illustratrice Sara M. Lyons a découvert que l’application au petit fantôme jaune ne s’était pas gêné pour s’inspirer très largement d’un de ses dessins pour un filtre.

VOIR AUSSI : Sans pression, McDonald's a volé le travail de graffeurs

"Ok, Snapchat va vraiment plagier mon travail comme ça ? C’est clairement un copié-collé et je suis furieuse", s’est insurgée la Californienne sur Twitter, postant l’un après l’autre son dessin original, créé en février 2013, et ce nouveau filtre Snapchat disponible aux États-Unis le mercredi. La ressemblance est plus que troublante.

Interpellée sur Twitter par Sara M. Lyons, Snapchat n’est pas entré directement en contact avec la jeune femme contrairement à ce qu’elle espérait. "Mes droits d’auteur sur ce dessin et d’autres ont été enfreints déjà plusieurs fois depuis 2013, et d’après mon expérience, c’est plutôt rare que les marques règlent les choses bien avec des artistes dans des cas comme ça. Mais j’aime SNapchat, et avec un peu de chance ils seront une exception à la règle", déclarait l’illustratrice au média The Verge.

Snapchat fait marche arrière

Après que le filtre a disparu de l’appli au fur et à mesure de la journée chez les utilisateurs, Snapchat a finalement réagi dans un communiqué transmis à The Verge, indiquant avoir "remarqué des similarités entre un nouveau filtre géolocalisé et un dessin de Sara M. Lyons" : "Même s’il y a des importantes différences entre ces deux dessins, par respect pour Madame Lyons nous avons décidé de désactiver le filtre immédiatement et d’entamer une enquête."

Le hic, c’est que ce n’est pas la première fois que Snapchat se fait choper la main dans le sac de quelqu’un d’autre. En 2016, l’application avait avoué avoir fait une "erreur gênante" en reproduisant le travail de l’artiste russe Alexander Khokhlov dans un filtre. Un peu plus tard dans l’année, c’est le maquilleur professionnel Argenis Pinal qui remarquait une étrange ressemblance entre son maquillage du Joker et un filtre Snapchat depuis supprimé.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.