On aurait tendance à croire que le PDG de Facebook a largement de quoi se nourrir. Et bien non, c'est ultra-précaire comme position vous savez.

Pauvre Mark Zuckerberg. Le PDG de Facebook a passé le week-end à arpenter les États-Unis et à s'inviter à la table de ses concitoyens. Ces derniers ont sans doute pris en pitié l'entrepreneur de 32 ans, qui n'a pas de quoi se payer d'autres vêtements que des T-shirts gris et des sweats à capuche.

VOIR AUSSI : Mark Zuckerberg visite une usine automobile et constate que le travail à la chaîne, "c'est dur"

La première famille à accueillir le modeste jeune homme était la famille Moore, dans l'Ohio, le vendredi 28 avril. Mark Zuckerberg avait confié à son équipe qu'il souhaitait casser la croûte avec une famille de démocrates, dans un swing State qui avait majoritairement voté pour Donald Trump en novembre 2016. Tout à faire le genre de choses qu'une personne qui n'a PAS l'intention de se présenter à l'élection présidentielle fait.

Une semaine auparavant, Daniel Moore a reçu un appel lui proposant de dîner avec "un très riche philanthrope", d'après la chaîne américaine WKBN. Mais la famille n'a appris que 20 minutes avant qui serait l'invité surprise. Et à 18 h est arrivé Mark Zuckerberg, qui sortait d'une expérience immersive – et traumatique – dans une usine automobile.

Selon le journal local The Vindicator, Daniel Lisa Moore et leurs proches n'ont pas parlé uniquement politique avec le PDG. Ils ont aussi discuté de leur travail à l'orphelinat Kisiizi Good Shepherd en Ouganda.

"Nous avons appris à connaître un mec vraiment bien", confie Daniel Moore au Vindicator. "Il est terre-à-terre, et c'est très facile de discuter avec lui."

Mark Zuckerberg a ensuite repris la route et, heureusement pour son petit estomac, rencontré d'autres généreux inconnus à South Bend, dans l'Indiana. Samedi, il a donc partagé du poulet et des ribs avec les pompiers de la ville d'Elkhart.

"Merci à l'équipe de pompiers de m'avoir laissé m'incruster pour le dîner", écrit le PDG sur sa page. On espère que Facebook, sa nouvelle petite start-up, finira par décoller pour qu'il puisse se payer ses propres repas.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.