La conférence annuelle F8 de Facebook a débuté ce mardi à San Jose, dans la Silicon Valley. Quelles sont les principales annonces du géant des réseaux sociaux ? On vous dit tout sur les nouveautés qui rythmeront l'année 2017.

Depuis San Jose, en Californie, Mark Zuckerberg a fait son show. Dans une salle bondée s'est tenue la conférence F8 de Facebook, la messe annuelle du réseau social destinée aux développeurs. L'occasion pour Facebook de faire les premières annonces sur sa stratégie en 2017 : quelles seront les grandes tendances et innovations ? Sans surprise, la réalité augmentée (AR) et la réalité virtuelle (VR) raflent la mise des déclarations.

VOIR AUSSI : Facebook présente de nouveaux bots Messenger révolutionnaires à sa conférence F8

"La réalité augmentée va nous aider à mélanger le digital et le physique de manière nouvelle qui rendront meilleur le monde physique", a affirmé Mark Zuckerberg dans les premières minutes de son discours. Avant de faire la grande annonce de la soirée : une nouvelle plateforme dédiée à la réalité augmentée va être mise à disposition des développeurs dès ce mardi.

Une "plateforme" de réalité augmentée dévoilée

Cette "plateforme" lancée par Facebook, dont la version bêta est déjà disponible, sera liée à l'appareil photo de notre smartphone, visiblement dès qu'on l'utilisera via Facebook, Instagram, Messenger ou WhatsApp. De son côté, Snapchat a annoncé, également ce mardi, ajouter des filtres en réalité augmentée applicables à notre environnement, et non plus seulement à nos selfies. Le principe de la nouvelle interface de Facebook, intitulée Camera Effects Platform, est totalement similaire : il s'agira d'ajouter des effets en AR à nos photos – littéralement toutes nos photos.

La création de filtres en AR sera ouverte aux développeurs partout à travers le monde, dans l'espoir d'en voir de nombreux fleurir sur le réseau social rapidement. Grâce à un logiciel nommé Frame Studios, chacun pourra créer ses cadres et ses filtres basiques, soit pour la nouvelle plateforme, soit pour les photos de profil. 

Après l'intégration des stories à Facebook, c'est donc l'acte 2 de la stratégie de l'entreprise en matière d'AR, selon Mark Zuckerberg.

Facebook se distingue également de Snapchat par les possibilités offertes par cette plateforme en réalité augmentée : les développeurs pourront travailler sur des photos, mais aussi des vidéos, des jeux ou des projets artistiques. Le but est d'étendre au maximum le potentiel d'appropriation de cette nouvelle plateforme, notamment grâce à un logiciel intitulé AR Studios, qui sera accessible à chacun sans qu'il ne soit nécessaire de connaître une ligne de code. Il suffira de télécharger une image ou une vidéo et d'apprendre à créer ses propres effets, comme sur Photoshop, mais ce logiciel sera plus complexe et offrira de plus nombreuses possibilités de Frame Studios. On pourra l'utiliser pour créer des masques, des cadres animés et des effets en 3D, réagissant aux mouvements ou aux interactions lors de vidéos lives. 

Par ailleurs, l'évolution technique autour de l'AR a semblé, avec les images montrées lors de la conférence F8, assez importante : les objets virtuels introduits dans la réalité, notamment en 3D, semblaient se situer particulièrement bien dans l'espace réel. Pas de décalage du virtuel vis-à-vis des supports physiques ou de rendus étranges, comme on peut en observer avec des applications du type de "Pokémon GO".

La réalité virtuelle à laquelle veut nous initier Facebook s'appuie sur trois avancées : elle intègre plus précisément le virtuel dans l'espace physique réel, elle greffe des effets 3D dans le monde réel et elle mémorise instantanément le mouvement des objets. Facebook a montré plusieurs exemples de cette prochaine technologie intégrée : si l'on décide de graver virtuellement notre nom à la table d'un pub, une personne utilisant la plateforme de Facebook pourra lire l'inscription, même a posteriori. De la même manière, une note virtuelle laissée à destination de notre conjoint sur le réfrigérateur sera lisible des heures plus tard, si ce dernier utilise la réalité augmentée de Facebook. On comprend l'idée, mais Mark Zuckerberg veut aller plus loin : dans le futur, il s'agira d'afficher des notices d'informations (dans des commerces par exemple), de créer des jeux de plateau virtuels ou de partager des renseignements sur tel ou tel restaurant.

"Cela ne va pas arriver du jour au lendemain, mais la réalité augmentée sera une technologie extrêmement importante", a affirmé Zuckerberg. La réalité augmentée n'est pas un phénomène nouveau : bien avant les nouveaux filtres Snapchat ou même Pokémon GO, l'application Yelp s'était essayé à des effets en réalitée augmentée, dès 2009. Ce qui distingue Facebook de l'ensemble de ces applications, c'est l'incroyable quantité d'utilisateurs potentiels que le réseau social a sous la main. On peut supposer que cet intérêt affirmé de Facebook pour l'AR va encourager les développeurs à se plonger dans cette technologie.

La réalité virtuelle sociale avec "Facebook Spaces"

La deuxième grande annonce du réseau social concernait la réalité virtuelle, dans sa dimension sociale. Cette "Social VR", comme Facebook la nomme elle-même, semble être depuis plusieurs mois l'un des nerfs de la guerre pour Mark Zuckerberg. Cette conférence F8 nous a dès lors permis de découvrir l'un des grands chantiers de Facebook en matière de VR : Facebook Spaces, un univers virtuel et communautaire qui sera accessible en bêta dès ce mardi sur la plateforme Oculus. Concrètement, Facebook Spaces, c'est trois choses : un espace virtuel pour passer du temps avec ses amis, des avatars 3D personnalisables créés à partir de notre photo de profil Facebook et une intégration du chat vidéo et des images en 360°. 

Grâce à la technologie du machine learning, Facebook affirme que son logiciel sera capable de reconnaître nos traits physiques caractéristiques, notre sourire et même nos mimiques. L'objectif est clair : il s'agit de rendre cet avatar simpliste le plus intime possible. Il y trouvera également un "espace personnel", où l'on pourra sauvegarder des images ou des "moments". C'est à peu près tout ce que l'on sait pour l'instant.

Comme on peut le voir dans son spot de présentation, Facebook Spaces se veut très ludique, le grand public n'étant pas encore bien familier de ce type de technologie. Mais une telle plateforme peut-elle vraiment parvenir à rendre le plus de monde possible un utlisateur  régulier de la VR ? On en doute un peu.

Un Facebook Messenger encore plus fonctionnel

Le troisième tiers de la conférence s'est axé sur Facebook Messenger, l'application de messagerie instantanée du géant de Menlo Park. Principalement, il s'agit de l'intégration de bots : alors que l’expérience actuelle nous oblige à ouvrir une nouvelle fenêtre de message à chaque fois que l'on veut entrer en conversation avec un service intelligent, ces nouveaux bots seront désormais accessibles directement depuis une conversation en cours.

f8.jpg
Les pages jaunes sont sur Facebook.
Facebook

Changer de morceau sur Spotify, vérifier l'horaire d'un avion, acheter une paire de chaussures ? Tout ceci pourra être effectué sans que l'on ne soit obligé de quitter Messenger. "Les gens préfèrent utilisent Messenger pour intéragir avec des entreprises", a affirmé David Marcus, à la tête du développement de Messenger chez Facebook. "Je veux dire, qui aime appeller des entreprises ?" Finalement, ces nouveaux bots pourront faire de Messenger une sorte de pages jaunes façon XXIe siècle.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.