Des données fournies par Facebook indiquent que le nombre d’utilisateurs mensuels passant par le service Tor pour accéder en toute confidentialité au réseau social a franchi la barre du million.

Un an et demi après cette ouverture, l'expérience semble être concluante : Facebook a annoncé dans un communiqué publié sur sa plate-forme qu'au mois dernier, sur un total de 30 jours, plus d'un million d'utilisateurs du réseau social étaient passés par Tor. En juin 2015, ce nombre n'atteignait que 525 000 utilisateurs.

VOIR AUSSI : Le darknet, le retour du coupable idéal en matière de terrorisme

Fin 2014, Mark Zuckerberg annonçait en effet qu'il ouvrait un accès sécurisé à Facebook via un nom de domaine spécifique utilisant le réseau Tor, l'un des plus grands réseaux informatiques d'anonymisation des connexions et de chiffrement. Une grande première pour un géant de la Silicon Valley. L'idée était, bien sûr, de permettre à toute une partie de la population mondiale à qui l'utilisation des réseaux sociaux "traditionnels" est interdite de se connecter en toute confidentialité, et ce depuis son propre pays.

Afin de garantir leur anonymat en ligne, et donc leur sécurité, Facebook comptabilisait ainsi les connexions sur PC avec Tor Browser Bundle, mais également celles sur smartphone grâce à l’application Orbot, le proxy Tor sous Android. Avec cette adresse en ".onion", impossible alors pour les fournisseurs d'accès à Internet locaux - et donc pour les gouvernements - d'identifier l'adresse IP et la localisation des utilisateurs désireux de contourner la censure.

Toutefois, le réseau social, connu pour être réfractaire à l'utilisation de pseudonymes, se réserve évidemment la possibilité d'avoir leur nom et de retracer leur activité. L'anonymisation sur Facebook est comme qui dirait un concept paradoxal...

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.