Ces dernières années, plus de 800 chiens ont eu droit à une cérémonie funéraire. Tous étaient des robots de la gamme Aibo de Sony. Et probablement tous des bons toutous.

Un groupe de chiens Aibo, une ancienne génération de robots développés par Sony et qui n’est plus en production, a été honoré par des funérailles traditionnelles dans la préfecture de Chiba, au Japon, rapporte The Japan Times.   

VOIR AUSSI : Le nouveau robot d'Hitachi a un petit cœur qui bat

Les 114 chiens ont été formellement préparés et alignés, le jeudi 26 avril, à l’intérieur du temple bouddhiste de Kofukuji, dans la ville d’Isumi. Ils portaient tous une étiquette décrivant leur famille, donnant leur nom et leur ville d’origine.

Bien qu’étant tous de la gamme Aibo, les chiens robots n’étaient pas tous du même modèle ou de la même année. Certains faisaient partie de la première génération de robots chiens développée par Sony en mai 1999, qui s’était vendue à hauteur de 3 000 exemplaires en à peine 20 minutes. À l’époque, les Aibo coûtaient le prix exorbitant de 250 000 yens (soit environ 2 600 euros). Sony décrivait alors son Aibo comme étant "le premier robot créé à des fins de divertissement à domicile (…), équipé de capacités d’apprentissage et d’évolution, qui permettent à chaque unité de développer une personnalité unique".

aibo1.jpg
NICOLAS DATICHE/AFP/GETTY IMAGES

"Je me sens soulagé de savoir qu'il y aura une prière pour mon Aibo"

Au cours des années, Sony a vendu plus de 150 000 unités de chiens Aibo, issus de différentes versions, avant d’arrêter leur production en 2006. L’entreprise a tout de même conservé une "clinique Aibo" ouverte jusqu’à mars 2014, puis a finalement dû annoncer aux propriétaires de chiens robots qu’ils arrêtaient la maintenance sur leurs toutous.

C’est là qu’est entrée en scène l’entreprise A-Fun Co., qui répare des produits électroniques vintages ou abîmés. Année après année, A-Fun Co. est devenu le "spécialiste" de la réparation des Aibo au Japon. Le Japan Times explique que les clients propriétaires d’un Aibo défunt ou définitivement obsolète envoient à A-Fun Co. leur robot pour que l’entreprise récupère des pièces dessus, afin de réparer d’autres Aibo fonctionnant mal ou ayant été abîmés.

aibo2.jpg
NICOLAS DATICHE/AFP/GETTY IMAGES

De leur propre initiative, les dirigeants d'A-Fun Co. ont décidé d'envoyer les robots dans un temple bouddhiste avant qu'ils soient démantelés pour récupérer des pièces. Ce qui a beaucoup plus aux propriétaires de Aibo hors services, qui se sont mis à ajouter une petite lettre avec quelques détails sur la vie du chien lorsqu'ils faisaient parvenir le robot à l'entreprise. "Je me sens soulagé de savoir qu'il y aura une prière pour mon Aibo", a écrit un propriétaire dans l'une de ces lettres. Un autre a écrit : "S'il vous plaît, aidez d'autres Aibo. J'ai eu les larmes aux yeux en décidant de dire au revoir au mien."

Ces dernières années, plus de 800 Aibo ont séjourné dans le temple bouddhiste de Kofukuji. Bungen Oi, le prêtre s'occupant des machines, n'a aucun problème avec l'idée d'organiser des funérailles pour ces robots. "Toutes les choses ont un peu d'âme", a-t-il dit après le service du 26 avril. 

Pour les amoureux du petit chien robot, rassurez-vous : Sony a annoncé l'arrivée d'un nouveau modèle de Aibo.

aibo3.jpg
NICOLAS DATICHE/AFP/GETTY IMAGES

– Adapté par Benjamin Bruel. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.