Il y a des cadavres plus fascinants que d'autres. La preuve avec ce chien mort coincé dans un tronc.

Si un jour vous passez par la petite ville de Waycross en Géorgie (États-Unis), juste au nord de Jacksonville, arrêtez-vous pour visiter le musée Southern Forest World. Sa collection, consacrée au travail du bois, renferme une pièce plutôt surprenante, repérée par un internaute sur Reddit.

VOIR AUSSI : La vague de froid a congelé des alligators, mais apparemment, tout va bien pour eux

L’histoire commence au début des années 1980, lorsque que des bûcherons coupent une parcelle d’arbres dans la région d’Haralson, à la frontière entre la Géorgie et l’Alabama. Alors qu’ils chargent un des troncs dans leur camion, ils découvrent le cadavre d’un animal momifié, gueule ouverte et pattes figées en plein mouvement.

stuckie.jpg
Decidedlygrim.net

Les travailleurs du bois décident alors de remettre leur étrange découverte au musée Southern Forest World qui entreprend des recherches pour comprendre le sort de cet animal. Ils apprennent qu’il s’agit en fait d’un chien, âgé de 4 ans, bloqué dans un tronc de châtaigner, comme l’a raconté la directrice du petit musée, Holly Beasley, au site Jacksonville.com. Dans les années 1960, le chien serait parti à la chasse avec son maître et, voulant attraper un écureuil ou un raton laveur, il aurait été pris au piège au milieu de cet arbre creux.

Si le cadavre du chien, comme pétrifié, est dans un état de conservation quasi intact, c’est grâce aux conditions environnementales de cet espace confiné et sec. La résine de l’arbre a sans doute figé le corps, et le trou d’air au sommet de l’arbre a emporté au loin l’odeur de l’animal mort, le laissant hors du radar des insectes et autres créatures de la forêt.

Ce cercueil hors du commun est aujourd’hui toujours exposé dans le musée Southern Forest World et il lui a même été donné un surnom avec l’aide des visiteurs : "Stuckie", dérivé de stuck qui signifie "coincé" en anglais. Le chien momie à sa petite popularité sur YouTube et apparaît même dans l’édition 2017 du "Ripley’s Believe It Not !: Shatter Your Senses", sorte d’encyclopédie de l’incroyable aux États-Unis.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.