Attention, voici le chant d'un psychopathe avec des ailes et un gros bec. Il vaut mieux être entouré pour écouter cette cruelle litanie.

Vous allez dire que je suis un fragile, mais j'ai peur des oiseaux depuis que je suis môme. Pour moi, ce sont des animaux diaboliques. La manière dont ils bougent leur tête de manière saccadée, leur gros bec prêt à vous picorer les yeux et leurs griffes dégueulasses ont tendance à me filer les jetons, quelque chose de costaud.

VOIR AUSSI : De l'intérêt d'élever des poules : avoir un poulailler ovni dans son jardin, par exemple

Le pire, c'est tout ce qui tourne autour du poulet, de l'oie, des dindons. Ça me file la chair de poule. Mais je ne pensais pas que le rire d'un oiseau pouvait venir s'ajouter à toutes les choses qui me traumatisent chez ces animaux. Puis je suis tombé sur cette vidéo d'un kookaburra, un martin-chasseur géant d'Australie, qui a tendance à passer son temps à se marrer.

Son propriétaire, Connor Marggets, a mis en ligne une vidéo de son piaf en train de se fendre la poire en slow-motion. Sans déconner, c'est un enfer. Un vrai chant du diable, une ode à la cruauté, un autel dressé au culte de la barbarie. Avec sa voix rauque, à mi-chemin entre le Joker, Chucky et Johnny Hallyday, il va vous filer des cauchemards, c'est promis.

Connor Margetts/YouTube

Un lecteur du site Sploid fait remarquer en commentaire de la vidéo que le fait de baisser la fréquence de n'importe quelle séquence audio fait forcément flipper. Il le prouve avec cette vidéo plus bas, même si le kookaburra reste le maître de de l'angoisse auditive.

James Barnes/YouTube

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.