Avis de recherche fictifs, noms brandis à tort : après la tuerie de Las Vegas, les fausses infos continuent à se propager. Derrière certaines d'entre elles, l'extrême droite américaine, qui se crée de nouvelles occasions d'accuser les "gauchistes".

S’il y a bien un moment où les fake news se répandent, plus qu’à l’ordinaire, comme de la poudre, c’est bien au point culminant d’une crise. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les États-Unis viennent de connaître la tuerie de masse la plus meurtrière de leur histoire : depuis le 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, à Las Vegas, un homme a ouvert le feu sur une foule venue assister à un concert en plein air, tuant au moins 50 personnes et en blessant plusieurs centaines.

VOIR AUSSI : À Las Vegas, les États-Unis connaissent la pire tuerie de masse de leur histoire

Dès les premiers flash-info, des informations fabriquées de toutes pièces par des internautes ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Comme s’il s’agissait désormais d’un type de fake news quasi-protocolaire après une tuerie de masse, un faux "avis de recherche" a rapidement émergé sur Twitter. Le compte @immyxrx, utilisant en avatar le portrait d’un Youtubeur suivi par plus de 20 000 personnes, a en effet prétendu dans un tweet rechercher son père disparu au cours de la fusillade. Pour accompagner son message, la photo d’un homme qu’il affirme être son père. Il s’agit en réalité de Johnny Sins, une star du cinéma pornographique, dont le même portrait avec déjà été utilisé après l’attentat de Manchester. Contacté par nos confrères de Mashable outre-Atlantique, le détenteur de ce compte Twitter a confié faire circuler cette fausse information "pour les retweets".

Fausses idenfications à la pelle

Mais au cours de ces dernières heures, les nombreuses fausses informations circulant en ligne ont surtout été en lien avec l’identité, les origines ou encore les opinions politiques du tueur de Vegas, identifié depuis peu par les forces de l’ordre comme étant Stephen Paddock, un homme blanc de 64 ans. D’autres noms ont pourtant été relayés sur le Web, comme celui de Samir Al-Hajeed, un prétendu converti à l’Islam de 32 ans. La photo qui accompagne les messages le mentionnant est en réalité celle de Sam Hyde, un comédien satirique américain affilié à l'alt-right, spécialiste des hoax, à qui l'on attribue depuis 2015 la responsabilité de nombreux attentats et autres fusillade de masse, dont celles de San Bernardino ou encore d'Orlando. 

Le nom de "Geary Danley", décrit également comme le tireur, semble avoir toutefois circulé encore plus largement sur les réseaux sociaux durant les dernières heures. Celui-ci a été mentionné pour la première fois sur le forum 4chan /pol/, connu pour être un véritable "atelier de fabrication" de nombreuses fake news et un haut-lieu du trolling. Il aurait été cité après que le nom de Marilou Danley – identifiée officiellement à ce jour comme la compagne de Stephen Paddock – a été divulgué par la police. Les membres de 4chan ont ainsi établi un lien hasardeux avec Geary Danley, précisant que ce dernier avait "liké" plusieurs pages anti-Trump sur les réseaux sociaux. En somme, une cible de choix pour l’alt-right, qui n’hésite pas à jeter en pâture des noms et des informations personnelles sur des individus sans lien avec les faits qu’on leur reproche, pratique aujourd’hui connue sous le nom de doxxing.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f6084122f3914073b-be92-404c-94ac-081780a4e6f9.png
4chan/Capture
https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f6084152fea57c35d-018a-434e-a29f-b4da5992c7e8.png
4chan/Capture

La rumeur a même fini par se retrouver relayée sur des sites d’extrême droite francophones comme LesObservateurs.ch (dans un article désormais retiré) ou encore sur Dreuz.info, qui évoque sans citer le nom de Geary Danley un "massacre gauchiste".

L’algorithme de Google, toujours inefficace

En tapant le nom de Geary Danley sur Google, notre confrère Gianluca Mezzofiore a par ailleurs noté, captures à l’appui, que plusieurs liens AMP renvoyant directement vers la plateforme 4chan remontaient directement au sommet de la page Actualités du moteur de recherche. Sur les quatre articles encapsulés, deux renvoient sans détour à 4chan.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f6084002f0f017478-b85f-43c1-8dfc-9869f7e821fe.png
Capture/Mashable

De quoi s’interroger une fois de plus sur la responsabilité de Google et d’autres géants du Web dans la propagation des informations non-vérifiées, erronées ou complotistes. D’autant que la firme de Mountain View assure vouloir depuis plusieurs mois intensifier, outils en main, sa lutte contre les fake news. Pour le moment, on peut honnêtement considérer qu'elle n'y parvient pas.

Mise à jour du 03/10 : Google a réagi dans un communiqué, confirmant qu'un post "politiquement incorrect" de 4chan était remonté en "Top Stories" pendant quelques heures avant que l'algorithme ne le remplace par des résultats plus fiables. Facebook a également confié que ses équipes avaient finalement fait disparaître des résultats les contenus du site The Gateway Pundit et d'autres, rapporte l'Associated Press.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.