Dans le comté de Ventura, au nord de Los Angeles, la police locale a procédé aux arrestations de trois délinquants. Leur délit ? Un trafic illégal d'avocats à hauteur de 300 000 dollars.

"Bonjour Monsieur, je suis le shérif de la police du comté de Ventura. Je vous appelle pour vous informer que votre fils vient d’être arrêté pour trafic illégal d’avocats."

Oui, les proches de Joseph Valenzuela, 38 ans, Carlos Chavez 28 ans et Rahim Leblanc, 30 ans, ont dû un peu halluciner en apprenant pourquoi ces trois hommes là avaient été arrêtés le 14 juin dernier dans le comté de Ventura, aux États-Unis. Le shérif du coin a ainsi affirmé à NBC Los Angeles avoir mis fin à un trafic illégal d’avocats qui durait depuis plusieurs mois. En tout, les trois malfrats auraient vendu pour plus de 300 000 dollars du précieux fruit à la chair verte.

VOIR AUSSI : Mur à la frontière américano-mexicaine: on vous dévoile les projets les plus fous

6-14-17-avocado-bandits.jpg
Département du shérif du comté de Ventura

D’après l’enquête policière, les trois hommes – qui ont eu droit à leur mugshot comme tout bon criminel, de l’avocat ou pas – volaient leur came directement dans les stocks de leur employeur, une épicerie à Oxnard appartenant au géant de l’avocat aux États-Unis Mission Produce. Ils ont été arrêtés pour "vol de grande ampleur" mais les charges pourraient évoluer au fur et à mesure de la progression de l’enquête.

Le marché noir vire au vert

Alors à qui ou à quoi doit-on l’apparition d'un marché noir de l’avocat aux États-Unis ? Eh bien à Donald Trump. Pour changer. Rappelez-vous en janvier dernier, cinq camions transportant 100 tonnes d’avocats de Jalisco avaient été bloqués à la frontière entre le Mexique et les États-Unis sur une décision obscure du département de l’agriculture américaine (USDA), rapportait le Mexico News Daily. Quelques jours plus tard, le nouveau président des États-Unis évoquait son projet de taxer à hauteur de 20 % les produits importés du Mexique. Et lorsqu’on sait que neuf avocats sur dix importés aux États-Unis viennent du pays d’Enrique Pena Nieto, on comprend que les Américains soient déjà prêts à se tourner vers une économie souterraine pour obtenir leur dose de guacamole.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.