Un robot chinois a provoqué un accident au salon de la tech de Shenzhen ce week-end, brisant une vitre en verre et blessant un visiteur qui se tenait à côté.

Simple accident ? On n'y croit pas. Voilà plutôt le premier signe historique du retournement des robots contre leurs créateurs, les hommes.

Vendredi 18 novembre le robot 小胖 (Xiao Pang, ou "joufflu", "chubby" en anglais), produit de l'entreprise Beijing Science and Technology, a foncé dans la vitrine d'un stand du salon tech de Shenzhen et l'a brisée en mille morceaux.

VOIR AUSSI : Du bleu, du blanc, des robots : pourquoi l'homme a besoin de se représenter le futur

Un jeune homme qui se tenait à côté du stand a été blessé par les éclats de verre. Il a été emmené à l'hôpital, d'après une publication de la police de Liuzhou sur Weibo, le réseau social chinois.

robot_1.jpg
Les dégâts.
LIUZHOU POLICE/WEIBO
robot_2.jpg
L'homme blessé, emmené sur un brancard.
LIUZHOU POLICE/WEIBO

Sur son site, le constructeur s'excuse de l'incident, et explique qu'un membre de l'équipe a appuyé sur le mauvais bouton – marche arrière au lieu de marche avant – en essayant de bouger le robot. "Chubby" a alors roulé hors de portée de l'employé, qui n'a pas eu le temps de l'attraper.

Xiao Pang a normalement des capteurs pour l'empêcher de foncer dans les murs et autres obstacles. Mais quand le panneau de contrôle est ouvert, cette fonction est désactivée, ce qui était le cas ce jour-là.

En guise de visage, le petit robot a un écran qui affiche des émoticônes.

Xiao Pang est vendu comme jouet éducatif pour les enfants de 4 à 12 ans. Il a aussi une webcam, et peut aider les parents dans la surveillance des enfants. Enfin, il est capable de passer des appels vidéo.

robot_3.jpg
Xiao Pang, en train de diffuser un appel vidéo.
BEIJING SCIENCE AND TECH/WEIBO

Depuis sa commercialisation en septembre, plus de 3 000 Xiao Pang ont été vendus en Chine. Le robot coûte 9 988 yuan (1 365 €)

Si cet événement a tout l'air d'un accident, plusieurs médias chinois et occidentaux ont décrit le robot comme "devenant fou" et projetant sa frustration sur les humains.

Un compte Weibo parodique est déjà apparu. Appelé "Chubby Robot", sa bio est limpide sur les intentions attribuées au mignon petit bjou de robotique : "Les humains finiront à mes pieds".

robot_4.jpg
BEIJING SCIENCE AND TECH/WEIBO
robot_5.jpg
BEIJING SCIENCE AND TECH/WEIBO

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.