Des centaines de parents n'hésitent plus à payer des coachs à leurs enfants pour qu'ils s'améliorent à "Fortnite". Mais pourquoi ?

Le phénomène "Fortnite" a explosé ces derniers mois et réunit désormais plus de 40 millions de joueurs. Une enquête du Wall Street Journal montre que les parents ne sont pas indifférents à cet engouement, puisque certains paieraient des coachs particuliers à leurs enfants.

VOIR AUSSI : Il fallait bien que ça arrive : "Fortnite" a désormais une parodie porno

Les sessions de "soutien" coûtent entre 20 et 50 dollars et concernent principalement des jeunes enfants et adolescents âgés de 10 à 14 ans. Selon le quotidien américain, la plateforme de recherche de jobs Bidvine aurait ainsi permis l'embauche de 1 400 coachs de "Fortnite" depuis le mois de mars dernier. En parallèle, des plateformes comme Gamer Senseï sont dédiées à la mise en relation entre élèves et professeurs de jeux.

Une activité presque comme les autres

Pourquoi les parents paient-ils des cours de jeux vidéo à leurs enfants ? Ceux interrogés par le Wall Street Journal mettent en avant plusieurs explications. Des parents affirment vouloir aider leurs enfants qui subissent une certaine pression sociale dans la cour d’école vis-à-vis de leurs résultats à "Fortnite", à simplement s’améliorer. Un père de famille explique également prendre des cours lui-même parce qu’il souhaite se rapprocher de ses enfants et mieux comprendre leurs centres d’intérêt.

Un coaching payant à "Fortnite" est considéré pour certains comme un investissement, alors que le marché de l’e-sport ne cesse de se développer. Des cursus universitaires sont dédiés à l’e-sport, et même à Fortnite en particulier. Les sommes engrangées par certains streamers comme Ninja ou même le Français Gotaga peuvent également encourager les parents à parier sur la pratique des jeux vidéo.

Des internautes ont émis des critiques virulentes à l'égard de ces parents, affirmant en substance que les jeux vidéo empêchent les enfants de jouer dehors ou que les pères de familles devraient plutôt offrir des heures de soutien scolaire à leur progéniture. Comme le note Adam Rosenberg sur Mashable US, le dédain vis-à-vis de "Fortnite" est démonstratif d’un manque de compréhension culturelle sur le phénomène et la place que prennent les jeux vidéo dans notre société. Comme l'on peut offrir des cours de piano ou de théatre à ses enfants, pourquoi ne pourrait-on pas leur apprendre à jouer aux jeux vidéo ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.