L’espagnol mais surtout le coréen n’ont jamais été aussi écoutés aux États-Unis grâce aux titres à succès de certains artistes.

"Pour la première fois de l’histoire, l’album n°1 en Amérique est composé de paroles en majorité chantées en coréen", remarque le média britannique The Guardian. Cet opus intitulé "Love Yourself: Tear", est celui du groupe de K-pop BTS dont chaque apparition sur scène déclenche des vagues d’hystérie.

VOIR AUSSI : Pour marquer la réconciliation entre les deux Corées, un concert de K-Pop a été organisé à Pyongyang

Alors que l’anglais a régné en maître pendant des dizaines d’années sur l’industrie musicale américaine mais aussi mondiale, de nouvelles langues commencent à s’imposer. Et l’influence coréenne ne s’arrête pas aux oreilles des jeunes américains.

Entre 2013 et 2016, tandis que la popularité de la K-pop explosait en Amérique, "les inscriptions universitaires en cours de coréen ont augmenté de 65 %." Et depuis que l’appli Duolingo a ouvert des leçons de coréen, plus de 2,78 millions de personnes les ont déjà suivies.

Outre le coréen, The Guardian souligne la montée en puissance dans les charts d’une autre langue : l’espagnol. Avec comme étendard, le succès planétaire du titre latino "Despacito" de Luis Fonsi, qui a régné pendant 16 semaines en tête du top 100. "En 2016, l’année avant sa sortie, il n’y avait que quatre chansons en espagnol dans le top 100. En 2017, il y en a eu 19", souligne The Guardian.

Si bien sûr, la majorité des tubes aux États-Unis reste des titres en anglais, cette entrée fracassante de l’espagnol et du coréen pourrait marquer le début d’une nouvelle ère pour la pop music.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.