Après une année de cure médiatique, Kanye West n'en finit pas de créer la polémique. Après avoir soutenu Donald Trump, le rappeur américain a qualifié l'esclavage de "choix", lors d'une interview diffusée sur le site TMZ.

Kanye West fait davantage parler de lui actuellement pour ses déclarations à l’emporte-pièce que pour sa musique. Mardi 1er mai, le rappeur américain a, une nouvelle fois, fait une prestation médiatique remarquée lors de laquelle il a décrit l'esclavage comme un "choix", loué Donald Trump et avoué une dépendance aux opioïdes.

VOIR AUSSI : Mais que se passe-t-il donc dans la tête de Kanye West ?

Multipliant les interventions pour le moins surprenantes ces derniers temps - via des interviews, des tweets et des vidéos - Kanye West, âgé de 40 ans, a également dit qu'il avait subi une liposuccion il y a quelques années de crainte de devenir trop gros.

Lauréat de multiples Grammy Awards, Kanye West, hospitalisé en novembre 2016 dans un établissement psychiatrique de Los Angeles, est sorti il y a deux semaines d'un silence d'un an observé sur Twitter, postant jusqu'à 20 messages par heure, sur des sujets allant de la politique à la philosophie en passant par la mode.

"Mentalement esclaves"

Lors de son entretien accordé au site TMZ, le rappeur a déclaré : "Quand on entend parler de l'esclavage pendant 400 ans. 400 ans ? On dirait un choix". Après l'indignation suscitée par ces propos sur les réseaux sociaux, Kanye West a précisé sur Twitter : "Bien sûr, je sais que les esclaves n'ont pas été enchaînés et embarqués sur des bateaux de leur propre chef. Je voulais dire que le fait d'être resté dans cet état alors que nous étions plus nombreux signifie que nous étions mentalement esclaves".

La NAACP, une association américaine de défense des droits civiques, a réagi sur Twitter : "Il y a beaucoup de fausses informations qui ont été sorties et nous sommes disposés à apporter l'éclairage nécessaire. Le peuple noir a combattu l'esclavage dès le moment où il a mis pied sur ce continent".

L'auteur de la chanson "Jesus Walks" est également revenu sur son hospitalisation de 2016, intervenue après une série d'annulations de concerts et des diatribes politiques. "J'étais sous l'emprise de la drogue. Deux jours avant d'être admis à l'hôpital, je prenais des opioïdes. J'avais une dépendance aux opioïdes."

Kanye West est également revenu sur le soutien exprimé la semaine dernière à Donald Trump, qui avait suscité l'incompréhension de nombre de ses fans. Prié de dire ce qu'il admirait chez le président américain, le rappeur a parlé de "la capacité à faire ce que personne ne pensait qu'on pouvait faire, à faire l'impossible."

– Article initialement publié sur le site de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.