Des "Simpson" à "Star Trek" en passant par "The Big Bang Theory", tour d'horizon des séries et films qui ont rendu hommage au génie Hawking.

"Les Simpson sont la meilleure chose à la télévision américaine", avait déclaré l’astrophysicien dans l’émission The Culture Show de la BBC, réagissant à son apparition dans la série animée en 1999.

VOIR AUSSI : Le célèbre astrophysicien Stephen Hawking est mort

À l’époque, le caméo avait été si prolifique que certains pensaient qu’il était simplement un personnage de la série, plutôt que de le reconnaître pour son immense travail dans la science.

En 1999, Stephen Hawking était dans apparu à Springfield à la fin de la saison 10, dans l’épisode "Ils ont sauvé le cerveau de Lisa" :

"J’étais dépeint comme un personnage surréel doté d’énormes pouvoirs", avait réagi Stephen Hawking, notant que les scénaristes du show avaient pris quelques libertés avec la réalité.

"En plus de l’équipement qu’ils ont imaginé pour mon personnage de dessin animé, je n’aime pas la pizza, et j’espère que je n’utiliserai jamais un gant de boxe. Même si parfois je suis un peu tenté", avait-il ajouté.

Stephen Hawking avait fait encore trois autre apparitions dans les "Simpson", parmi lesquels un caméo où il participait à une battle de rap face au duo d’humoristes Flight of the Conchords. Il a aussi fait plusieurs apparitions dans son propre rôle dans « Futurama ».

Mais Stephen Hawking n’était pas juste un personnage de dessin animé. Il a joué plusieurs fois dans la série "The Big Bang Theory" – un modèle cosmologique auquel il a dédié une grande partie de ses recherches.

"Vous avez fait une faute d’arithmétique en page deux. C’est un peu une boulette", disait Stephen Hawking à Sheldon après avoir relu un de ses écrits sur le boson de Higgs dans un épisode de la série en 2012.

Stephen Hawking avait aussi joué son propre rôle dans un épisode de "Star Trek : The Next Generation" en 1993, où il participait à une partie de poker face aux plus grands cerveaux de la physique avec Einstein, Isaac Newton et le personnage de Data.

"Le principe d’incertitude ne va pas t’aider maintenant Stephen", lui disait Einstein. "Toutes les fluctuations quantiques du monde ne vont pas changer les cartes que tu as en main."

Il avait aussi fait des apparitions dans de nombreux late shows, comme cette fois où il n’arrêtait pas d’appeler Jim Carrey sur le plateau du Late Night de Conan O’Biren en 2007, ou plus récemment sa participation à la série "People who think good" de John Oliver pour Last Week Tonight.

"Vous avez déclaré qu’il pourrait y avoir un nombre infini d’univers parallèles. Est-ce que cela veut dire qu’il existe un univers où je suis plus intelligent que vous ?", lui demandait John Oliver.

"Oui", avait répondu pince-sans-rire Stephen Hawking. "Et aussi un univers où vous êtes drôle."

Et pendant que Stephen Hawking s’amusait à faire des caméos sur les plateaux télé, d’autres jouaient son rôle au cinéma comme l’acteur Benedict Cumberbatch dans "Hawking" en 2004 ou Eddie Redmayne dans "Une merveilleuse histoire du temps" en 2014 pour lequel l’astrophysicien avait autorisé l’utilisation de son synthétiseur vocal.

Eddie Redmayne, qui a gagné le Golden Globe du meilleur acteur pour ce rôle, avait dédié sa victoire à tous les malades de la SLA (ou maladie de Charcot) et à la famille de Stephen Hawking.

L’influence de Stephen Hawking s’était aussi étendue jusqu’à la musique, où sa voix intervient sur les titres "Keep Talking" (1994) et "Talkin’ Hawkin’" (2014) des Pink Floyd.

Alors même si ses théories sur la relativité et les trous noirs ont établi son statut de génie, sa prévalence dans la pop culture a fait de lui une star des temps modernes comme la science n’en avait jamais eu avant.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.