Médaille de bronze aux JO de Pyeongchang, le patineur américain Adam Rippon aurait refusé de rencontrer le vice-président Mike Pence à cause de ses positions homophobes.

On ne pourra plus dire que le patinage est un sport ringard. Après que la patineuse française Maé-Bérénice Méité a fait le tour de la presse internationale grâce à sa performance sur un titre de Beyoncé, un autre athlète de la même discipline attire tous les regards pour sa modernité : Adam Rippon.

VOIR AUSSI : Les Français ont un vrai penchant pour le curling parmi les disciplines des JO d'hiver

À 28 ans, le sportif est le "premier athlète ouvertement gay sélectionné pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques d’hiver", avait-il fièrement tweeté en janvier dernier. "Les gens LGBTQ sont toujours victimes de crimes de haine, envoyés dans des camps de concentration, interrogés sur leur 'style de vie' et questionnés sur les WC qu’ils utilisent. Alors, jusqu’à ce que cela s’arrête, c’est important d’être 'ouvertement' gay et visible."

"On parle bien du Mike Pence qui a proposé de financer des thérapies de conversion pour les homosexuels ?"

Alors depuis Pyeongchang, Adam Rippon profite de sa popularité médiatique pour multiplier les prises de position. Une rumeur court que l’athlète aurait refusé une rencontre avec Mike Pence, vice-président des États-Unis venu diriger la délégation américaine en Corée du Sud. Si le bureau du bras droit de Donald Trump a depuis démenti cette histoire, on sait qu’Adam Rippon ne porte pas Mike Pence dans son cœur. Interrogé par USA Today à son sujet en janvier il avait déclaré : "On parle bien du Mike Pence qui a proposé de financer des thérapies de conversion pour les homosexuels ?"

Non à Mike Pence et la Maison Blanche

Après sa médaille de bronze à l'épreuve de programme libre messieurs dimanche, Adam Rippon a une nouvelle fois été invité à réagir sur ABC News : "Je n’ai personnellement rien contre Mike Pence. Je suis vraiment heureux parce que la législation qu’il a soutenue n’a pas affecté ma vie. Si je prends la parole, c’est parce qu’il y a des gens dont les vies ont été atteintes par le changement qu’il essayé de faire passer. Je m’exprime parce que maintenant j’ai de la voix [dans l’opinion publique], et je crois que c’est important que je l’utilise."

"Je n’irai pas à la Maison Blanche"

Le jeune athlète a aussi d’ores et déjà assuré qu’il refuserait de se rendre à la Maison Blanche si la délégation américaine y est invitée à son retour de Pyeongchang. "Je n’irai pas à la Maison Blanche. Je ne crois pas que quelqu’un comme moi serait le bienvenu là-bas. Je sais ce que ça fait d’entrer dans une pièce où l’on n’a pas envie que vous soyiez", a-t-il expliqué à la BBC.

Humour et répartie sur Twitter

Outre ses positions politiques franches en faveur de la communauté LGBTQ et contre l’admnistration Trump qui tranchent dans un sport qui n’est d’habitude que courbettes et costumes à paillettes, Adam Rippon fait aussi preuve de beaucoup d’humour sur Twitter, pour le plus grand bonheur de ses fans. Comme lorsqu’il publie une photo de lui en plein shooting avec pour légende : "Pendant que vous êtes occupés à être hétérosexuels, j’apprends l’escrime." Ou qu’il commente à l’attention de ses haters après sa troisième place : "Maintenant je suis une glamazon bitch prête pour les podiums."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.