Présenté comme un escape game, mais plus proche d’une visite guidée interactive, "Inside PSG" nous embarque dans les entrailles du Parc des Princes.

Au Parc des Princes, c’est jour de finale de la Coupe des Princes. Le Paris Saint-Germain reçoit le Runny FC, une sorte d’Olympique de Marseille, les résultats sportifs en plus. Journaliste avec une fausse carte de presse, on nous demande de filer dans l’amphithéâtre du stade. Le coach du PSG, Umberto Palentini, veut nous parler avant le début de la rencontre.

VOIR AUSSI : On a survécu à "Mutations", l'escape game assaisonné au sang de zombie et à la réalité virtuelle

Cheveux gras recouverts de Pento et accent italien surjoué, l'homme est une caricature parfaite du véritable entraîneur parisien, Unaï Emery. Derrière son micro, il nous assène les banalités d'usage – "la victoire, c'est important" – avant de recevoir un coup de téléphone. En panique, Umberto s'adresse à la presse : "Oh mamma mia, un drame vient de se produire !” Notre équipe de 4 journalistes a pour mission de régler, en moins d'une heure, ce problème dont on ne dévoilera pas la nature.

Voilà à quoi se résume le scénario de l’escape game "Inside PSG". Lancé le samedi 16 décembre, le jeu s’inscrit dans la stratégie du club francilien de s’imposer comme le roi du sportainment. "Nous souhaitons diversifier notre offre et attirer des gens qui ne sont pas forcément des fans de football", détaille à Mashable FR Fabien Allègre, le directeur du merchandising parisien.

L'escape game a été conçu par Team Break, le leader français du marché. "On a eu carte blanche dans le processus créatif du jeu. On voulait quitter le système d’enfermement. Là, on joue dans une zone de 3 000 mètres carrés", nous raconte Pierre-Henri Londner, le fondateur de Team Break. "C’est un mélange de théâtre interactif, de jeu de rôle et de mécaniques d’escape game."

Pas de compétition, peu de challenge

La dimension théâtrale est assurée par une troupe d’une quinzaine d’acteurs. Chacun occupe un rôle réellement exercé dans l’antre parisien. On trouve donc le capo des supporters, le préparateur physique et même un agent de nettoyage un peu parano. "Je reconnais cette semelle. C’est toi qui laisse des traces de godasses partout, hein ?", assène-t-il à un pauvre gamin qui passait par là. Malheureusement, le jeu d’acteur est trop inégal. Si la lourdeur de Boris, le garde du corps du PSG, mérite un Ballon d’Or, celle du joueur parisien présent en zone mixte donne envie d’enfiler une paire de crampons et de lui coller un vilain tacle glissé.

"C’est toi qui laisse des traces de godasses partout, hein ?"

Pour ce qui est de l’escape game en lui-même, la déception est grande. Exit l’aspect compétitif de la discipline. Ici, pas de classement pour mesurer et se moquer des performances de chacun. Pire, toutes les équipes présentes lors d'une partie peuvent l’emporter. Un blasphème pour ceux uniquement animés par la victoire. L'autre défaut majeur d’"Inside PSG" réside dans le challenge presque inexistant proposé aux joueurs.

Avec un peu de logique et le minimum syndical de culture sportive, on enchaîne les énigmes avec une facilité insolente, notamment si l’on dispose dans sa team d’un supporter parisien. Et même pas besoin de poser les bonnes questions aux personnages du jeu. Certains d’entre eux nous indiquent gracieusement la bonne direction à prendre. "Le jeu est grand public, on n’a pas de cœur de cible. On vise aussi bien la famille que les supporters du PSG et les autres", insiste Pierre-Henri Londner. 

Une visite guidée pour les fans

Soyons clairs, les gens qui viendront jouer aux apprentis journalistes au Parc des Princes ne seront pas les passionnés d'escape game. Ce seront des fans parisiens, surtout à 27 euros la partie (ou 22 euros pour les moins de 14 ans). Comment leur en vouloir ? Plus qu’un escape game, "Inside PSG" est une opportunité unique de déambuler dans le stade de leurs idoles.

inside_psg_5_glow_by_webedia0.jpg
Glow by Webedia

Des loges VIP au vestiaire des joueurs – uniquement celui des visiteurs – presque tout est accessible. Reste alors le bouquet final. Après avoir emprunté le tunnel dans lequel gambadent habituellement Neymar et compagnie, nous voilà au bord de la pelouse du Parc. L’occasion d'humer l’odeur du plus beau gazon de France et d’immortaliser le moment avec un selfie.

C’est ça l’essence d’"Inside PSG". On oublie son aspect escape game et on ne retient que sa partie visite guidée, saupoudrée de théâtre, du Parc des Princes. "On veut se différencier des autres clubs qui organisent des visites plus classiques", concède Fabien Allègre. La direction parisienne espère pouvoir exploiter ce nouveau filon jusqu’en février, voire plus. Tout dépendra des résultats de l’équipe première en Ligue des Champions. Dans tous les cas, le Parc des Princes accueillera une finale dans les prochains mois. Reste à savoir si elle sera fictive ou pas.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.