"Je dois vous mettre au courant : Harvey est un violeur. Et ça va finir par se savoir." C'est ce qu'affirme avoir lancé la réalisatrice à la chargée de communication d'Hillary Clinton.

Alors que l'onde de choc suscitée par le scandale sexuel Harvey Weinstein continue d'alimenter les débats sur le harcèlement sexuel, l'heure est à l'interrogation. Comment des agissements aussi scandaleux que ceux du roi d'Hollywood ont pu être si longtemps passés sous silence ? 

VOIR AUSSI : Harvey Weinstein s'était entouré d'une "armée d'espions" pour étouffer les accusations de harcèlement sexuel

Un article du New York Times intitulé "Weinstein, la machine à complicité" revient sur la protection dont le producteur a pu profiter, grâce aux soutiens des puissants de l'industrie et le travail d'agents recrutés dans l'objectif de dissuader les potentiels accusateurs de porter plainte.

On y apprend que l'actrice et réalisatrice américaine de "Girls" Lena Dunham avait cherché à prévenir l'équipe de campagne d'Hillary Clinton du cas Harvey Weinstein.

clinton-weinstein.jpg
Hillary Clinton, à l'époque secrétaire d'État des États-Unis, en compagnie d'Harvey Weinstein lors du gala du TIME des 100 personnalités les plus influentes du monde, en avril 2012 à New York.
LARRY BUSACCA/GETTY IMAGES FOR TIME

Selon le média américain, Lena Dunham a été l'une des deux femmes, avec la journaliste Tina Brown, à avoir donné l'alerte concernant les comportements répréhensibles du puissant Weinstein. La réalisatrice s'étonnait de voir celui-ci présent aux événements de campagne d'Hillary Clinton.

"Elle avait entendu des histoires, des on-dit comme des récits rapportés directement par les concernées. Toutes étaient à propos d'interactions très dérangeantes avec lui. Supportrice d'Hillary Clinton, Lena Dunham a donc voulu prévenir son équipe de campagne", peut-on lire dans l'article du New York Times.

La réalisatrice de "Girls" affirme avoir discuté avec Kristina Schake, en charge de la communication de la camagne d'Hillary Cinton : "Vous devez savoir : Harvey est un violeur. Et ça va finir par se savoir". Elle se souvient avoir ajouté que "c'est une très mauvaise idée pour lui de s'afficher et de participer à des levées de fond parce que ses problèmes de harcèlement sexuel sont un secret de Polichinelle à Hollywood".

Récemment, Lena Dunham avait présenté ses excuses après avoir défendu un scénariste de la série "Girls" accusé de viol.

– Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.