C'est la note la plus aiguë de l'histoire. Au Metropolitan Opera de New York, la soprano Audrey Luna a chanté un "la" jusqu'alors jamais atteint. 

Dans "The Exterminating Angel", un opéra de Thomas Adès (basé sur la pièce de Luis Buñuel), actuellement en représentation au Metropolitan Opera de New York, la chanteuse lyrique Audrey Luna s'est surpassée en livrant la note la plus haute jamais chantée.

VOIR AUSSI : Les Daft Punk ont des "sosies" qui se lancent à la conquête de l'Afrique

Pour l'atteindre, elle a eu besoin d'une "combinaison de dons héréditaires, d'un entraînement rigoureux et d'une discipline psychologique" extrême, comme l'explique le New York Times

Ce n'est pas la première fois que le compositeur Thomas Adès fait appel à Audrey Luna. En 2012, elle incarnait déjà Ariel dans "The Tempest", opéra dans lequel la soprano atteignait un "sol" particulièrement aigü. 

"Je savais que c'était en moi. Je ne l'avais juste jamais réalisé sur scène auparavant", confie Audrey Lana lors d'une interview en coulisses. De son côté, Thomas Adès avoue qu'il faut "un certain degré de cruauté et l'inexpérience de la jeunesse" pour faire atteindre cette note à ses chanteurs. 

Pour les curieux, la vidéo d'Audrey Luna interprétant ladite note se trouve juste ici. Le New York Times, qui a enregistré le son, ne laisse malheureusement pas les autres médias l'intégrer sur leurs articles. Et vous pouvez bien évidemment la comparer avec cette scène culte de l'opéra du "5ème Element" de Luc Besson. Pour le plaisir. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.