Neil Blomkamp, le réalisateur de "District 9", s'est associé à Unity Technologies pour créer un court-métrage d'animation avec des technologies de l'industrie du jeu vidéo. Le résultat est bluffant.

En 2016, l’entreprise qui se cache derrière la création du célèbre moteur de jeu multi-plateforme Unity avait publié sur YouTube un petit court-métrage d’animation pour faire la démonstration des capacités du moteur et de ses outils de création cinématographique.

VOIR AUSSI : "Voyager", le court-métrage d'animation qui met en garde l'humanité contre elle-même

Intitulé sobrement "Adam", le film de cinq petites minutes avait fait assez réagir pour que Unity Technologies décide finalement de développer l’histoire pour en faire quelque chose de plus beau et de plus croustillant, avec un scénario qui ressemble vraiment à quelque chose.

Unity

Et pour ça, ils ont choisi d’embaucher Oak Studios et son créateur, Neil Blomkamp, scénariste et réalisateur de "District 9" et d’"Elysium", deux films de science-fiction aux effets spéciaux et aux animations particulièrement léchées. Il est aussi à l’origine de plusieurs courts métrages publiés directement sur Internet – "Rakka", "Firebase" et "Zygote" – durant l’été dernier.

Entre un réalisateur prolifique et inspiré et une des sociétés à la pointe des technologies du jeu vidéo, on pouvait donc attendre que le partenariat mène à quelque chose qui a plutôt de la gueule. Et il faut admettre que "Adam: The Mirror", qui raconte l’histoire d’un cyborg amnésique perdu dans un univers apocalyptique, est visuellement très, très impressionnant.

Oak Studios

Du jeu vidéo au film d'animation, il n'y a qu'un pas

Dans un entretien avec nos confrères américains de Mashable, Neil Blomkamp explique que le fait d’avoir utilisé un moteur de jeu pour réaliser son film lui a donné une incroyable flexibilité, en comparaison du cinéma d’animation traditionnel.

"Le désert enflammé, l’intérieur de l’avant-poste, les personnages : tout ce que l’on a créé existe à présent pour toujours sur nos disques durs"

"Le désert enflammé, l’intérieur de l’avant-poste, les personnages : tout ce que l’on a créé existe à présent pour toujours sur nos disques durs", explique-t-il. "Si nous voulons raconter une autre histoire à l’intérieur de cet univers, tout ce que nous devons faire est de faire venir les acteurs pour une journée de motion capture et c’est, basiquement, tout ce que cela nous coûtera."

Avec la technologie développée par Unity, tout peut ainsi être réutilisé à l’infini. Neil Blomkamp considère le moteur comme un "bac à sable virtuel" avec lequel il peut changer ce qu’il souhaite, même au dernier moment. Un deuxième épisode, intitulé "Adam: The Prophet", devrait également être publié sur YouTube dans les jours à venir.

Est-ce à dire que Unity va multiplier la production de films d'animation avec son moteur de jeu ? Il semblerait que l'entreprise prenne cette voie. En juin dernier, ils ont révélé leur nouvel outil : Cinemachine, qui a notamment été utilisé pour les deux courts de Neil Blomkamp. The Verge le qualifiait alors de "révolutionnaire" et expliquait, en substance, qu'il ouvrait la création de films d'animation au plus grand nombre avec une facilité d'utilisation inouïe dans le domaine. Le logiciel est d'ailleurs libre d'utilisation tant que les créations qui en sont issues ne sont pas monétisées. On peut donc espérer voir fleurir nombre de films créés avec lui dans le futur.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.