Déjà plus d'un mois que le réalisateur de "Titanic" s'acharne sur la super-héroïne Wonder Woman. Mais en fait... Pourquoi ?

Ça n'en finit pas. Depuis la fin du mois d'août, le célèbre réalisateur canadien James Cameron s'en prend à Wonder Woman. Aussi bien à sa récente réadaptation cinématographique, qu'à l'essence même du personnage iconique. 

VOIR AUSSI : Wonder Woman a fait un sacré bout de chemin depuis son premier pilote pour la télé en 1967

Tout a commencé le 24 août dernier. Lors d'une interview accordée au Guardian, James Cameron a déclaré : "Toute l'auto-congratulation que Hollywood s'est attribuée avec ce film a été mal orientée. Elle reste une icône objectifiée, et c'est encore les hommes d'Hollywood qui font les mêmes choses que d'habitude. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé le film, mais pour moi, c'est un pas en arrière". 

Quelques heures plus tard, la réalisatrice de l'adaptation 2017 du film, Patty Jenkins, lui a répondu dans un tweet : 

"C'est un grand cinéaste, mais il n'est pas une femme"

"L'incapacité de James Cameron à comprendre "Wonder Woman", ou ce pour quoi elle se bat, ce qu'elle incarne pour les femmes dans le monde entier, n'est pas surprenant : c'est un grand cinéaste, mais il n'est pas une femme. Les femmes fortes sont géniales. Il a fait l'éloge de mon film 'Monster' et ce portrait d'une femme forte mais abîmée avait alors été très apprécié. Mais si les femmes doivent toujours être dures, fortes et perturbées pour être fortes, et si nous ne sommes pas libres de célébrer une femme parce qu'elle est attirante et aimante, alors là nous n'aurons pas beaucoup avancé. Je crois que les femmes peuvent et doivent être TOUT ce que les personnages principaux masculins peuvent être. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises femmes fortes. Et les nombreuses femmes qui ont fait de ce film un succès d'audience peuvent très bien choisir et juger leurs icônes du progrès toutes seules", a écrit Patty Jenkins. 

Rien n'arrête James Cameron

L'affaire aurait pu en rester là, mais James Cameron, un mois plus tard (mercredi 27 septembre), a décidé de s'attaquer une nouvelle fois à Wonder Woman. Cette fois-ci, il s'en prend à Gal Gadot, l'actrice incarnant la version 2017 de l'héroïne, dans une interview accordée au Hollywood Reporter.

"Elle a été Miss Israel, et elle porte un costume bustier qui épouse parfaitement ses formes. Elle est absolument sublime. Pour moi ce n'est pas quelque chose de novateur. Raquel Welch a fait la même chose dans les années 1960", juge le réalisateur, avant de la comparer au personnage de "Terminator" Sarah Connor (film qu'il a lui-même réalisé) : "Linda Hamilton était, si ce n'est très en avance sur son temps, une révolutionnaire". 

Fatiguée de ces nouvelles remarques, la première Wonder Woman Lynda Carter s'est exprimée via son compte Facebook : 

"À l'attention de James Cameron : arrêtez de critiquer "Wonder Woman". Pauvre esprit. Peut-être que vous ne comprenez pas ce personnage. Moi, si. Comme toutes les femmes – nous sommes plus nombreuses que vous ne le résumez. Vos remarques violentes à l'égard d'une réalisatrice brillante, PattyJenkins, sont peu judicieuses. Ce film est parfait. Gal Gadot y est excellente. Je le sais, Mr. Cameron, car j'ai incarné ce personnage pendant plus de 40 ans. Alors : ARRÊTEZ ÇA", écrit l'actrice.

Espérons maintenant que cette dernière déclaration saura faire taire James Cameron. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.