Comme chaque année, le magazine Forbes dévoile son classement des rappeurs les plus riches. Et comme chaque année, il n’y a qu’une seule et unique femme dans le top : Nicki Minaj.

En 2010, dans le titre "Last Chance", Nicki Minaj rappait : "Tell them that I'm gunnin' for the top Forbes", en français "dis leur que je vais me batter pour atteindre le top Forbes". Et elle ne plaisantait pas. L’année suivante, Nicki Minaj faisait son entrée au classement des artistes hip hop les mieux payés avec 6,5 millions de dollars encaissés.

VOIR AUSSI : Pourquoi tout le monde pense que le rap est forcément une musique d’hommes misogynes

Six ans plus tard, en 2017, la rappeuse de "Anaconda" a toujours sa place parmi les artistes les plus rentables du hip hop. Dans le nouveau classement du magazine Forbes dévoilé le mercredi 27 septembre, Nicki Minaj arrive à la 15ème place avec des revenus estimés à 16 millions de dollars au cours des douze derniers mois. Quand Jay Z, Drake et P. Diddy se partagent le podium avec entre 42 et 130 millions de dollars engrangés entre revenus musicaux, contrats publicitaires et autres business.

L'hypersexualisation comme arme

Une fois de plus, Nicki Minaj est donc la seule femme à réussir à s’imposer au milieu de ces rappeurs multimillionnaires. Une situation qui reflète la place accordée aux femmes dans le monde du hip hop. Si les hommes sont numériquement plus nombreux que les femmes dans le rap, les artistes féminines manquent souvent de visibilité dans les médias ou dans les festivals.

Alors pour "contester l’hégémonie masculine", certaines "subvertissent les normes de genre et de sexualité" en optant pour un rap hardcore et une image hyper sexualisée, explique Keivan Djavadzadeh, doctorant en science politique à l’université de Paris 8, dans un article de la revue "Genre, sexualité et société". Ces rappeuses-là ont un porte-drapeau à la popularité indéniable : Nicki Minaj.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.