Quand deux géants collaborent pour la science (et le business, ne soyons pas naïf), ça peut donner quelque chose très intéressant. "The Hieroglyphics Initiative" va tenter d'automatiser la traduction des hiéroglyphes.

Ubisoft et Google viennent de dévoiler, ce mercredi 27 septembre, un projet de recherche commun intitulé "The Hieroglyphics Initiative" et conduit par Google TensorFlow, une plateforme open source dédiée au machine learning, pour simplifier le déchiffrage des hiéroglyphes, l'écriture plurimillénaire utilisée dans l'Egypte antique.

VOIR AUSSI : Le PDG d'Ubisoft pense savoir comment rendre les millenials accros à ses jeux vidéo

Il y a presque 200 ans désormais, Jean-François Champollion parvenait enfin à déchiffrer les premiers hiéroglyphes connus grâce à la pierre de Rosette. Pourtant, les méthodes de déchiffrage des hiéroglyphes n'ont presque pas changé. Depuis cette découverte qui a marqué l'histoire, les hommes continues à déchiffre les hiéroglyphes à la main, dans un processus lent et souvent fastidieux.

Assassin's Creed France

L'entreprise française Ubisoft est persuadée qu'elle peut changer cela, avec l'aide de Google. En utilisant le machine learning, c'est-à-dire la capacité pour une machine à apprendre et reconnaître des choses, en l'occurence des images de hiéroglyphes, ils sont persuadés de pouvoir automatiser la lecture des hyéroglyphes. "The Hieroglyphics Initiative exploitera cette technique pour identifier des images de hiéroglyphes sculptés à la main qui peuvent varier grandement d’une source à l’autre. Cet outil permettra in fine d’identifier individuellement les hiéroglyphes", affirme Ubisoft dans un communiqué de presse.

Pour le moment, les entreprises n'anoncent rien de véritablement concret concernant le projet. Ils expliquent que la première étape clé de "The Hieroglyphics Initiative" sera de récolter la matière (en l'occurence, les images et les échantillons des milliers de hyéroglyphe connus) pour commencer à travailler sur la technologie nécessaire. Ils annoncent lancer le projet en open source, afin que les chercheurs et historiens puissent s'en emparer. Un site dédié a été lancé.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.