Après avoir inspiré un livre, puis un film, la mathématicienne est aujourd'hui honorée par l'agence spatiale américaine, qui a décidé de donner son nom à l'un des nouveaux bâtiments du centre de Langley.

Du haut de ses 99 ans, la mathématicienne Katherine G. Johnson, également héroïne de la biographie "Les figures de l'ombre", adaptée au cinéma en 2016, vient d'inaugurer un nouveau centre de recherche de la NASA baptisé à son nom, dans le complexe de Langley, en Virginie.

VOIR AUSSI : "Les Figures de l’ombre" ou les tweets de Thomas Pesquet : tout est bon pour déclencher des vocations vers l’espace

La mathématicienne a été à la fois un emblème pour les femmes mais aussi pour les populations afro-américaines

Cette chercheuse mathématicienne noire, particulièrement reconnue pour son travail sur la mission Apollon 11, a été à la fois un emblème pour les femmes mais aussi pour les populations afro-américaines, deux minorités ayant un accès très limité à cette profession. Ainsi, elle a inspiré l'auteure Margot Lee Shetterly pour son livre, adapté au cinéma en 2016 par Theodore Melfi. 

Après avoir reçu la médaille présidentielle de la Liberté en 2015, Katherine Johnson vient ainsi d'être récompensée à nouveau aujourd'hui, par la NASA cette fois-ci. L'agence spatiale pour laquelle la scientifique a travaillé à partir de 1953 a choisi de nommer son nouveau centre de recherche en son honneur. Une jolie manière de rendre hommage à cette grande femme. 

"Vous voulez mon avis honnête ? Je pense qu'ils sont dingues", a confié avec humour Katherine Johnson en apprenant le choix de la NASA. David Bowles, le directeur du centre de recherche de Langley, a quant à lui expliqué dans un communiqué de presse qu'il "ne pouvait imaginer un meilleur hommage à Mme Johnson, son personnage et ses accomplissement en donnant à ce centre son nom."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.