Ce bon vieux Mario pointe désormais au Pôle emploi du Royaume champignon.

Mario est sans emploi, selon sa biographie mise à jour, sur le site japonais de Nintendo. Le personnage iconique n'est plus plombier.

VOIR AUSSI : Recréer Super Mario Bros en réalité augmentée pour y jouer déguisé en Mario dans Central Park, l'objectif d'une vie

Bon, on l'admet, ce n'est pas une nouvelle qui va changer nos vies. Avons-nous déjà vu Mario faire de la plomberie, mettre les mains dans le cambouis, tripoter des tuyaux ? Non. Les tuyaux, il préfère sauter dedans, avant de partir à la course aux pièces jaunes. Mais quand même ! Sur son profil officiel, il est écrit, selon une citation adaptée du site Kotaku : "Toujours très sportif, qu'il s'agisse de tennis ou de baseball, de football ou de course de voiture, il [Mario] fait tout ce qui est cool. En effet, il semble avoir été plombier il y a bien longtemps..."

Un emploi collé comme une étiquette

Mario n'a jamais été vu en train de faire de la plomberie. En vérité, dans sa petite histoire un brin changeante, Mario portait d'abord le nom de "Jumpman" et était charpentier, à l'occasion du jeu "Donkey Kong", un des premiers jeux de plateformes, sorti en 1981. Deux années plus tard, Shigeru Miyamoto, papa de Mario et de la majorité des personnages iconiques de Nintendo, introduisait le personnage de Luigi dans "Mario Bros.".

La majorité du titre se déroulant en sous-terrain, il avait été pratique pour Nintendo de faire de Mario un plombier. Nombre de ses caractéristiques principales, comme le fait qu'il soit Italien et vive à New York, auraient été déterminées par le choix de cet emploi. Notons aussi que l'année dernière, Shigeru Miyamoto, son créateur, admettait dans une interview que Mario n'était âgé que de 24 ou 25 ans, pas plus.

Voilà, vous savez tout sur le pourquoi-du-comment-de-ce-changement-de-nom. Pour compléter ce savoir inutile, on vous propose le visionnage d'un film inutile, du temps où Mario était encore plombier :

TheTrailerGal

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.