Avec "The Defenders", sorti ce 18 août, Marvel et Netflix se mettent au crossover. Pour se différencier des autres, les "Avengers" des séries ont misé sur un trio de diablesses.

***ATTENTION SPOILERS ***

Si il y a quelque chose de bien avec les séries Marvel de Netflix, c'est les méchants. Et "The Defenders", la série crossover sortie ce 18 août qui réunit Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist ne déroge pas à la règle. La divine Sigourney Weaver, Alexandra dans le show, emboîte le pas du Caïd, de l’Homme pourpre et de Cottonmouth, et incarne une méchante complexe et terrifiante.

VOIR AUSSI : Qui gagnerait entre les Defenders et les Avengers ? Charlie Cox et Finn Jones répondent

Si on devait pointer du doigt un défaut commun à l’ensemble des films de l’univers Marvel au cinéma, ce serait sans aucun doute leurs méchants. Exception faite de Loki, le seul à posséder un vrai background, les autres nous feraient presque rire. Entre Ronan l’Accusateur d’on-ne-sait-quoi, la caricature de l’IA rebelle j’ai nommé Ultron ou Malekith, l’elfe noir sans intérêt, la “Maison des Idées” nous a sérieusement manqué de respect avec ses vilains.

Fort heureusement pour les quatres (anti-)héros de Netflix, le service de streaming a trouvé le Némésis parfait pour justifier leur rassemblement : Sigourney Weaver, parfaite en Alexandra glaciale et manipualtrice. Avec ce choix de casting, un premier constat s’impose : c’est la première fois qu’une production estampillée Marvel a pour antagoniste principal une femme. “Cela a pris autant de temps pour avoir une méchante ? Whaou…”, a confié Finn Jones, l’acteur qui joue le rôle d’Iron Fist, à Mashable FR.

Sigourney Weaver, de proie à chasseuse

Certainement lassée d’être poursuivie par les Xénomorphes, Sigourney Weaver s’est transformée en chasseuse le temps de huit épisodes. Et force est de constater qu’elle remplit son rôle à merveille. Froide et létale, l’actrice de 67 ans donne une ampleur inédite à “The Defenders”. On lui pardonne même son origin story bâclée tant ses apparitions sont jouissives.

“On voulait une méchante forte, façon Sigourney Weaver. Et on a eu la chance de l’avoir au casting”, raconte à Mashable FR Marco Ramirez, le showrunner de la série. “Lors de l’écriture d’un personnage, on lui attribue des caractéristiques et c’est là qu’un acteur ou une actrice vous semble être fait pour le rôle. Le genre n'a aucune incidence dans cette équation”, insiste-t-il lorsqu’on évoque cette première vilaine principale de l’univers Marvel.

Lieutenantes endiablées

Même si elle occupe une grande partie de l’intrigue, Alexandra peut aussi compter sur deux lieutenantes, à savoir Madame Gao et Elektra. La représentante de l’organisation "La Main" a pris du galon dans “The Defenders”, mais sa performance n’est rien en comparaison de celle de l’assassine. Toujours incarnée par la Française Elodie Yung, Elektra s’avère être un personnage toujours aussi fascinant.

"On voulait une méchante forte, façon Sigourney Weaver. Et on a eu la chance de l’avoir"

Autrefois sociopathe, la voici désormais amnésique et prête à taillader tout ce qui bouge. Même si son interprète à quelques réserves à émettre. “Non, Elektra n’est pas une méchante. Elle est ambigüe, elle l’était déjà dans ‘Daredevil’ à naviguer entre le bien et le mal. Mais c'est vrai qu'elle est plus sombre que par le passé”, argumente Elodie Yung auprès de Mashable FR.

Sombre, méchante, sociopathe, la qualification importe peu. Dans “The Defenders”, ce sont bien les femmes qui donnent de la densité au scénario. Et cette tendance devrait à nouveau se vérifier en octobre prochain. “Thor : Ragnarok”, la prochaine aventure du dieu de la foudre, mettra en scène Hela, la déesse de la mort. Et le costume mortelle sera revêtit par Cate Blanchett. Les vilaines are coming.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.