Suite aux révélations de Buzzfeed sur la "secte sexuelle" dirigée par R. Kelly, plus de 10 000 internautes ont signé une pétition en ligne demandant au label Sony Music de cesser de produire le chanteur.

"Le chanteur de R&B R. Kelly s’en est pris à des adolescentes au cours des 25 dernières années. Il est temps que notre société mette fin à son cycle de maltraitance", débute le texte d’une pétition publiée sur le site Care2. Près de 13 000 internautes (à l’heure où l’on écrit ces lignes) exigent que le label Sony Music arrête son contrat avec R. Kelly, qui ne devrait pas "gagner de l’argent alors qu’il continue à persécuter les femmes."

VOIR AUSSI : Ce qu’implique vraiment le fait de signer une pétition sur Internet

"Il leur dicte quoi manger et comment se livrer à des relations sexuelles qu’il enregistre"

Cette pétition fait bien sûr suite aux révélations du journaliste Jim DeRogatis. Dans une enquête publiée sur Buzzfeed, il révèle notamment que le chanteur de "I Believe I Can Fly" serait à la tête d’une "secte sexuelle" au sein de laquelle il détient "contre leur gré" plusieurs jeunes femmes. "Il contrôlerait tous les aspects de leur vie : leur dictant quoi manger, comment s’habiller, quand se laver, quand dormir, et comment se livrer à des relations sexuelles qu’il enregistre", racontent d’anciens proches. Par l’intermédiaire de son avocate Linda Mensch, R. Kelly a démenti "sans équivoque" ces accusations.

25 ans d'accusations contre R. Kelly

Mais ce n’est pas tout. Lorsque la pétition évoque les "25 dernières années", c’est parce que ces accusations sont loin d’être les premières contre la star américaine. En 1994, R. Kelly se mariait avec la chanteuse Aaliyah alors qu’elle n’avait que 15 ans, avec un certificat de majorité falsifié. Puis en 2001, le même journaliste Jim DeRogatis avait déjà apporté les preuves de supposés crimes sexuels avec des mineurs qui avaient été payées pour ne pas parler de leurs relations. En 2006 encore, R. Kelly avait été inculpé pour pédopornographie avant d’être finalement acquitté deux ans plus tard.

Pour le moment, la maison de disques de R. Kelly n’a pas commenté l’affaire ni la pétition des internautes. Mais les membres de Care2 comptent bien faire entendre leur voix, comme ils l’avaient déjà fait pour "stopper les prédateurs sexuels en série à qui la société avait accordé des passe-droits, parmi lesquels Bill Cosby ou Dr. Luke."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.