Depuis le 1er juillet, les salles de cinéma du pays sont obligées de diffuser au début de chaque film des clips de propagande développés par le gouvernement. Avec comme porte-parole de ces messages, des stars du grand écran.

La Chine ne se contente plus de couper les scènes violentes, sexuelles ou "dérangeantes" des films projettés dans les salles obscures du pays. Depuis samedi 1er juillet, chaque projection est retardée par la diffusion de clips de propagande, rapporte le Times.

VOIR AUSSI : Pourquoi la Chine s’intéresse-t-elle tant à Hollywood ?

Une série de quatre vidéos a été conçue pour mettre à l’honneur les politiques du parti communiste, avant chaque début de film. À l'heure où la part des films américains diffusés en Chine ne fait que croître, le pays tient à rappeler à ses spectateurs les grands slogans du président Xi Jinping, à l’instar du "rêve chinois", des "valeurs centrales du socialisme", ou encore du lunaire "arrangement global 5 en 1".

Un casting de stars

Quoi de plus efficace que de faire dire cette propagande au cinéma par des stars chinoises du grand écran ? Trente-deux célébrités, dont Jackie Chan, Li Bingbing ("Transformers") et Donnie Yen ("Star Wars : Rogue One"), ont été recrutées pour prêcher la bonne parole. Dans l'une de ces vidéos, disponible sur YouTube, l’acteur Jackie Chan déclare ainsi tout sourire : "Ce n’est que lorsque la nation chinoise se portera bien que les Chinois se porteront bien".

"Peu importe ce que vous faites tant que vous ne décevez pas notre pays, notre société et votre famille", affirme de son côté Li BingBing.

Les discours de stars, débout devant un fond gris, se suivent et se ressemblent. Certains d'entre eux sont ponctués de citations du fondateur de la République populaire de Chine Mao Zedong, ou du philosophe antique Confucius.

Le mois dernier, le gouvernement chinois avait fermé plusieurs blogs de paparazzis accusés de "menacer les valeurs du socialisme". Les artistes sont eux aussi perçus comme des agents responsables de l'intrusion des valeurs occidentales. En décembre 2015, le président avait même proposé qu'ils soient "envoyés à la campagne vivre au contact des masses chaque année" afin "d'y acquérir un point de vue correct sur l'art", rapportait le Monde Diplomatique.

L'intrusion de cette propagande au cinéma n'est quant à elle, on s'en doute, pas du goût de tous les cinéphiles. Selon le journal local Global Times, qui cite un employé, certains Chinois font désormais exprès d’arriver en retard au cinéma pour esquiver les clips.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.